Accueil » Lifestyle » Auto
La nouvelle Maserati Quattroporte: La bonne pression!
Publié le Samedi 23 Février 2013
La nouvelle Maserati Quattroporte: La bonne pression!

Ambitionnant les 50.000 ventes en 2015, Maserati se doit de fourbir ses armes. En préalable au SUV Levante 2014 et à la future routière Ghibli de mi-année, le constructeur italien lance aujourd’hui sa nouvelle et emblématique Quattroporte. 

A Modène ou chez les concurrents, il y aurait comme une certaine tension…

Il est rare, au lancement d’un modèle, même tout nouveau, de détecter une certaine pression chez son constructeur. Dissimulation des sentiments pour les uns, excès de confiance pour les autres, peu importe, une distance s’en ressent. C’est tout l’inverse alors qu’on découvre la nouvelle Quattroporte. Aucun des pontes de Maserati n’a de doute sur le travail effectué depuis des mois pour aboutir à cette septième édition de la limousine de Modène. Mais, réellement, ce n’est pas seulement la Quattropporte qu’ils renouvellent, c’est toute une gamme qu’ils lancent. Car si Maserati a pu partir d’une feuille blanche pour sa nouvelle Quattroporte, ainsi que pour sa petite sœur Ghibli qui suivra mi 2013, puis pour le SUV Levante en 2014, le pari est assez délicat. Tout est nouveau, la plate-forme, les suspensions, les ensembles moteur-boîte… Ils ont mis tous leurs moyens et leur expérience dans ce programme.

Du sang de F1 dans le V8

Au lancement, l’italienne met en avant son inédit V8 3.8 L qui affiche 530 chevaux et 650 Nm, et revendique 307 km/h, quand l’ancien 4.7 L développait déjà 440 chevaux et 510 Nm. L’architecture transaxiale d’hier (moteur avant et boîte pont arrière) n’est plus car la nouvelle Quattroporte propose une transmission intégrale à pilotage électronique en continu, transférant jusqu’à 50% du couple sur les roues avant. Mais seulement sur la version V6 (410 chevaux et 550 Nm), ils ont voulu accroître la polyvalence d’usage, alors que l’esprit de la V8 reste la performance pure. Deux propulseurs dernier cri (injection directe, double turbo, distribution variable en continu…) développés sous la houlette de Paolo Martinelli, l’inventeur du V10 qui fit les beaux jours de la Scuderia en Formule 1 jusqu’à 2006. Et si ces V8 et V6 sont usinés chez le cousin Ferrari, ils demeurent à l’usage exclusif de Maserati. Tous deux reçoivent leur adaptation maison de la boîte automatique ZF à huit rapports, qui est pilotable séquentiellement par des palettes au volant. Différentiel autobloquant, double triangle avant, train arrière multibras distinguent le châssis de cette V8 qui offre un comportement supérieur à la norme, tout en préservant un confort raffiné et en assurant une sécurité dynamique par tous les temps.

Malgré un gabarit en hausse (5,26 m de long pour 3,17 m d’empattement), histoire d’améliorer l’habitabilité et de faire de la place à la «petite» Ghibli (4,90 m), la Quattroporte V8 (environ 135.000 euros) promet 100 kg de moins et une répartition idéale des masses à 50/50. Le recours intensif à l’alu (baie moteur, chapelle d’amortissement, portières, coffre, capot, ailes avant..) y fait croire d’autant plus que les consommations homologuées sont en chute de 20%.

A l’intérieur, l’électronique embarquée ne fait aucune impasse majeure, mais ne verse pas non plus dans la frénésie connectée qui prédomine ailleurs. Ici, Maserati dépend des développements du groupe Fiat, peu réputé en la matière. La dernière Quattroporte préfère briller mécaniquement et dérouler sa prestance.

Limousine affirmée

Si ses aînées furent signées Frua, Giugiaro, Gandini ou Pininfarina, cette Quattroporte a été réalisée par l’équipe de Lorenzo Ramaciotti, ex-numéro 2 de Pininfarina et maestro en chef du design Fiat-Chrysler. Ce grand Monsieur voulait capitaliser sur des traits forts comme la calandre, les trois écopes latérales, le solide montant arrière. En même temps, il souhaitait plus d’harmonie, de solidité, en gardant le dynamisme général, mais en répondant à des contraintes réglementaires (choc, piéton, CO2…) très différentes d’il y a dix ans. Il lui fallait affirmer le statut de limousine de la Quattroporte, comme avec cette troisième petite fenêtre latérale qui lui donne aussi de la longueur. De même, les vitres double épaisseur sont dépourvues d’encadrement, et la planche de bord est structurée en trois niveaux personnalisables (bois, carbone ou cuir), afin de garantir un intérieur vraiment sur mesure. D’aucuns argueront que certains détails (joncs chromés, habillages de coffre, ressorts d’ouverture des volets de vide-poches…) n’ont pas la perfection des majors allemands. Mais c’est aussi cette latence du passage de la main de l’homme que d’autres acheteurs privilégient dans le «cosy» du dernier Range Rover ou la suavité de cette Maserati dont l’Alcantara du ciel de toit et le cuir velouté sont à croquer. D’autant que la fiabilité est dorénavant au menu des modèles au Trident.

Légitimité historique

Certes, il n’est guère confortable pour Maserati de lancer une limousine quand l’Europe, l’un de ses marchés traditionnels, se contracte. De même, si certaines rivales datent un peu (BMW Série 7, Audi A8…), d’autres (Mercedes Classe S, Lexus LS…) se renouvellent aussi en 2013. Mais l’Amérique du Nord et la Chine, qui seront servies dans la foulée du vieux Continent, s’avèrent porteuses. Et après l’été, la Quattroporte sera disponible en V6 (110.000 euros) en deux ou quatre roues motrices. Et puis, un jour, vraisemblablement en diesel. Enfin et surtout, il exhale de la Quattroporte une légitimité historique dont peu de rivales peuvent se targuer. Excepté l’éphémère et confidentielle Lagonda Rapide à six cylindres de DB4, seul Maserati a mis une mécanique de course, un 4136 cm3 dérivé du V8 de la 5000 GT, dans une berline cinq places. Cela fera précisément 50 ans en 2013. Logiquement, la pression devrait changer de camp dans le club restreint des limousines.

Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013