Accueil » Lifestyle » Bon à savoir
Faux scandale du traitement de la Leishmaniose cutanée - La STDV exprime son soutien à l'Institut Pasteur de Tunis
Publié le Lundi 11 Avril 2016
Faux scandale du traitement de la Leishmaniose cutanée - La STDV exprime son soutien à l'Institut Pasteur de Tunis

Face au faux scandale qui secoue depuis quelques jours l’Institut Pasteur de Tunis, la Société Tunisienne de Dermatologie et de Vénéréologie (STDV) apporte un soutien sans faille au Directeur Général ainsi qu’au personnel médical et paramédical de cette éminente Fondation.

Les allégations erronées et malveillantes ayant ciblé l’Institut Pasteur émanent d’un acte totalement volontaire et diffamatoire. Indéniablement commanditées pour nuire à l’image de cette institution et ébranler le secteur de la recherche médicale en Tunisie, ces accusations diffusées par certains médias, ont insidieusement visé les essais cliniques sur la Leishmaniose cutanée, réalisés à juste titre par l'Institut Pasteur de Tunis. Ce dernier a été accusé d’avoir mené des expériences sur des enfants tunisiens impliquant la participation du Pentagone et d’une société israélienne contre une compensation modique de 50 dinars attribuée à chaque enfant. Une affaire au goût d’un Thriller conspirationniste !  

Photo en illustration - Leishmaniose cutanée Institut Pasteur France

Rappelons que l’équipe Pasteur a mis au point un traitement prometteur et efficace contre cette maladie pernicieuse de la peau. Largement répandue, cette pathologie endémique touche particulièrement le Centre et le Sud de la Tunisie. 10 000 cas environ sur tout le territoire ont été détectés cette année selon les responsables des services de dermatologie et les médecins exerçant dans les hôpitaux régionaux. Les personnes touchées par la Leishmaniose cutanée sont essentiellement des enfants dont la plupart ont été recensés à Gafsa, à Sidi Bouzid et à Regueb, des zones économiquement défavorisées.  

Un problème de santé publique majeur
La STDV appelle à ce que la lutte contre la Leishmaniose cutanée soit une priorité nationale d’un intérêt crucial. Une mauvaise prise en charge de cette maladie infectieuse ou un défaut de traitement peut laisser des cicatrices disgracieuses et indélébiles qui auront inévitablement des répercussions graves sur le psychique du malade. Le préjudice social qu’entrainent ces marques inesthétiques est souvent lourd de conséquences surtout chez les femmes et les enfants.

 

Communiqué publié le jeudi 7 avril 2016 par la Société Tunisienne de Dermatologie et de Vénéréologie (STDV) :

  • Pr. Hamida Turki (Présidente - Chef de Service de dermatologie Hôpital Hédi Chaker Sfax)
  • Pr. Insaf  Mokhtar (Vice Présidente - Chef de Service de dermatologie Hôpital Habib Thameur Tunis)
  • Pr. Mohamed Denguezli (Secrétaire général - Service de dermatologie  Hôpital Farhat Hached Sousse)
  • Dr Moez Ben Salem (Trésorier)
  • Pr. Ag. Ines Zaraa (Secrétaire Général Adjointe - Service de dermatologie Hôpital La Rabta Tunis)
  • Pr. Mourad Mokni (Trésorier adjoint - Service de dermatologie Hôpital La Rabta Tunis)

Source www.HAMMAM-ENSA.com

Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013