Accueil » Love & Sexe » Couple

L'homosexualité: Et si on en parlait!

Par | Publié le Mardi 09 Décembre 2014
L'homosexualité: Et si on en parlait!

Si certaines personnes l'acceptent sans difficulté, pour d'autres en revanche, la découverte de leur homosexualité est vécue comme un véritable bouleversement!

Découvrir que son identité sexuelle n'est pas la bonne suppose des changements d'orientation difficiles à gérer selon ses croyances, son éducation, son statut social et ses valeurs. Et s'il est vrai que certaines attirances physiques laissent parfois planer le doute, découvrir qu'on est homosexuel implique des choix radicalement différents de la personne qu'on pensait être!

Aimer différemment:

Pour expliquer l'homosexualité, les scientifiques ont élaboré de nombreuses théories, dont le fameux «gène gay» qui n'a jamais été démontré scientifiquement. Les spécialistes en psychiatrie, quant à eux, tendent à rattacher l'homosexualité à l'enfance. Durant cette période où la personnalité de l'enfant est en pleine construction, certaines situations comme l'absence du père ou la présence trop envahissante de la mère peuvent exercer une influence sur l'identité sexuelle de l'enfant, sans que celui-ci en soit pleinement conscient. Certaines pratiques sexuelles commises par des membres de la même famille ou par des personnes étrangères et du même sexe que l'enfant peuvent aussi modifier les attentes sexuelles de ce dernier. Quel qu'en soit le facteur déclencheur, l'homosexualité n'est en cas aucun la preuve d'une quelconque maladie, tare ou déviance mentale comme certains spécialistes se plaisaient à le croire il y a plus d'une vingtaine d'années de cela.
Dans une société où l'identité sexuelle masculine et féminine est influencée par des modèles sociétaux bien définis, ceux qui refusent d'adhérer aux règles de la «normalité» sont confrontés à un rejet, dont les modes d'expression varient selon les individus.

Pour accepter et assumer leur différence, les personnes homosexuelles doivent faire un long travail sur elles-mêmes. Elles doivent ensuite dire la vérité à leur famille et affronter leur désarroi. Si certains parents se montrent tolérants, d'autres ont du mal à encaisser le choc. Honteux, déçus et blessés par les choix sexuels de leur enfant, ils doivent faire le deuil de valeurs qui ont façonné leur mode de pensées tout au long de leur vie: «Mon fils avait 25 ans quand il m'a annoncé qu'il était gay. En un bref instant toutes mes certitudes se sont envolées. Je n'aurais pas de belle-fille, pas de petits-enfants et je me sentirai toujours en décalage dans les réunions familiales!»
Si l'homosexualité est difficile à admettre par les parents, pour l'enfant qui découvre sa différence, elle représente un bouleversement difficile à gérer au quotidien. Faut-il l'accepter, la garder secrète ou la rejeter? A défaut d'une décision franche et définitive, l'homosexualité contraint à des choix amoureux qui ne rendent personne heureux!

La peur de la différence:

Si l'annonce de l'homosexualité de leur enfant ébranle les certitudes des parents et les met chaos, que penser des émotions dévastatrices qui se bousculent dans la tête et le cœur des enfants homosexuels.
Lorsque ces derniers découvrent très tôt leur différence, l'homosexualité plonge filles et garçons dans des doutes insurmontables. Et pour cause, à cet âge charnière où la personnalité de l'enfant est influencée par le regard des autres, montrer sa différence demande de la force et du courage. Car une fois dévoilée, il leur faudra faire face aux jugements moralisateurs, au mépris, au dégoût, voire au rejet de leurs ami(e)s: «Le jour où mes copines ont appris que je préférais les filles, elles se sont éloignées de moi et ont fait courir de tas de bruits sur moi. J'étais si maltraitée que j'ai fini par changer de lycée!»
Pour ne pas avoir à affronter le regard des autres et se couper de leur vie sociale, certains adolescents choisissent d'étouffer leurs vrais désirs pour vivre des relations amoureuses frustrantes et malheureuses. Une fois adulte, le choix de vivre en accord avec leur véritable nature dépendra de leur capacité à accepter leur différence. Pour donner le change et entrer dans la norme, beaucoup de personnes homosexuelles se marient et ont des enfants. Si cette décision leur évite d'avoir à rendre des comptes, elle génère un vide que rien ne pourra jamais combler: «Je me suis marié à 21 ans pour éviter d'avoir à dévoiler mon homosexualité. Dix ans plus tard, je ne suis toujours pas le mari que je voudrais être, et même si elle ne dit rien, je sais que ma femme souffre de mon manque d'empressement à son égard!»
D'autres personnes encore découvrent leur homosexualité sur le tard au hasard d'une rencontre qui bouleverse leurs certitudes amoureuses: «Un jour alors que je faisais mes courses, j'ai croisé le regard d'une femme. En quelques secondes je me suis sentie étourdie par des émotions d'une intensité saisissante! Je suis mariée et j'aime mon mari, cela dit je n'ai jamais pu oublier mon attirance pour cette femme»
Si pour toutes ces personnes, miser sur les apparences est le seul choix possible pour ne pas être exclues de la société et montrées du doigt, cela les oblige aussi à porter un masque. Loin d'être hypocrite, cette attitude témoigne leur incapacité à faire face à une différence perçue comme une honte par eux-mêmes et par les autres!

La difficile marche de l'homosexualité:

A une époque où les mariages gay foisonnent en Europe, on est tenté de croire que tout est plus facile pour les personnes homosexuelles! Or, si certains tabous ont été dépassés, leur influence continue à nourrir les inégalités sociétales et ecclésiales, puisque certains pays refusent de les légaliser et l'église de les célébrer. L'idée que deux personnes homosexuelles élèvent un enfant constitue un autre frein à l'acceptation de l'homosexualité. Pour ou contre, il appartient à chacun de décider des limites à ne pas franchir. Si la tolérance est une composante humaine qui facilite la reconnaissance de l'homosexualité, les comportements homophobes renforcent les diktats d'une «normalité» qui privent les personnes de leur droit à la différence.

Avis de Cécile Chane - Psychologue:

Encore aujourd'hui, la différence, quelle qu'elle soit, est pour beaucoup, source de peur. Parce que nous fonctionnons par identification, la confrontation à une différence, nous renvoie à la possibilité d'être touché par elle. Cette peur peut entrainer deux sortes de réactions: le déni («Je détourne le regard et fais comme si ça n'existait pas») ou le rejet («Quelle horreur, ça ne devrait pas exister!»).
L'homosexualité est une différence au niveau de l'attirance sexuelle, et cela peut toucher tout un chacun. En effet, à la naissance (et jusqu'à preuve du contraire d'un point de vue génétique) la préférence sexuelle de l'enfant n'est pas définie. Nous sommes tous potentiellement hétéro et/ou homosexuels. Ce «choix» va petit à petit s'imposer à l'enfant et se déterminer réellement à l'adolescence. Mais, quoiqu'il en soit, nous gardons tous en nous une part de chacune de ces tendances. Les raisons psychologiques ou environnementales de ce «choix préférentiel» sont diverses et les hypothèses qui tentent de l'expliquer, variées.
Il y a quelques décennies de cela, l'homosexualité était encore définie comme pathologique par les psychiatres, qui la définissait comme déviance sexuelle. Les scientifiques ont, depuis, réussi à dépasser les tabous pour donner à cette différence la seule appellation de préférence sexuelle. Mais la société peine à faire ce travail et refuse encore largement l'existence de l'homosexualité (alors quelle remonte à la nuit des temps) et rejette avec souvent beaucoup de violence les personnes qui l'affichent.
Ce rejet et la culpabilisation sont les drames vécus tout les jours pas les homosexuels.
Car, s'apercevoir de cette tendance devient très vite pour l'enfant une inquiétude, puis une honte. La culpabilité, la peur de la réaction de ses parents et enfin l'angoisse de pouvoir ou pas vivre et assumer cette différence est une terrible épreuve pour l'individu.
Bien sûr, les parcours de chacun seront différents selon la culture, l'éducation, la place que prend la religion dans la vie du jeune, l'ouverture d'esprit de ses parents… mais il sera quoiqu'il en soit difficile et douloureux.
Certains trouveront le courage d'affronter tout ça, arriveront à trouver un équilibre dans l'acceptation de leur homosexualité et assumeront leur préférence aux yeux de leur famille et de la société, d'autres continueront à dénier ce qui, pourtant, est devenu une évidence, et en souffrirons d'autant plus, et toute leur vie.
Accepter et tolérer l'existence de ces différences ne veut pas dire pour autant les cautionner.
Soyons empathique au nom de l'humanité de chacun, tentons, autant que possible d'assumer notre propre part d'homosexualité. Enfin, refusons cette violence, qui au fond, ne change rien à la réalité.

Mots clés :| Homosexualité |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur