Accueil » Maman » Conception

Stérilité, quelles en sont les causes ?

Publié le Lundi 10 Février 2014
Stérilité, quelles en sont les causes ?

Stérilité, à la simple lecture de ce mot, des femmes ont froid dans le dos. Ce problème qui touche beaucoup de couples peut avoir différentes origines.Stérilité féminine, quelles en sont les causes ?

Avoir un enfant, le voir grandir, rire, apprendre ses premiers mots, faire ses premiers pas, tel est le rêve de la plupart des couples. Hélas, certains, se retrouvent dans l'impossibilité momentanée, voire définitive d'en avoir un. S'en suit une détresse émotionnelle, de l'incompréhension, de la colère et même une fissure dans le couple.

Stérilité, halte aux idées reçues

Sujet particulièrement épineux, la stérilité est sujette à de nombreuses idées reçues. Il est plus que temps de rétablir la vérité !
Pour commencer, il ne s'agit nullement d'un problème exclusivement féminin. Les statistiques démontrent que dans 40% des cas, ce sont les hommes qui soufrent de stérilité.
Puis, elle n'est due ni aux pilules ni à aucun autre moyen de contraception.
Ensuite, il ne sert à rien de crier à la stérilité au bout de trois mois ! En revanche, vous devriez consulter si vous essayer d'avoir un enfant depuis plus d'une année et que vous n'y parvenez pas.

Des rapports au bon moment !

Pour avoir une chance d'avoir un enfant, il faut avoir des rapports les quatre jours précédant l'ovulation et les quatre jours suivant. Oui, mais quant-est ce que vous ovulez ? Les cours de science naturelle disent que vous ovulez le 14ème jour de votre cycle qui débute le premier jour des règles. Ce que les cours ne disent pas, c'est que votre corps a peut-être un tout autre rythme. Pour comprendre ce rythme et mettre toutes les chances de votre côté pour avoir un enfant deux possibilités s'offrent à vous : soit vous passez par les tests d'ovulation qui donnent des résultats très fiables, soit vous faites le calcul.
Un calcul qui nécessite un papier millimétré, un thermomètre et de l'application. Ainsi vous prenez votre température au réveil et vous la marquez sur le papier. Le pic de température correspondra à votre période d'ovulation. Ainsi vous pourrez vous rendre compte que soit l'ovulation est décalée (au 16ème, 17ème ou 18ème jour du cycle) et faire en sorte d'avoir des rapport selon vos calcul, soit qu'elle est très irrégulière d'un cycle à l'autre et consulter dans le but d'avoir un traitement hormonal est maximiser vos chance d'avoir un bébé.

Les infections gynécologiques causes de stérilité

Outre un cycle irrégulier ou des problèmes hormonaux, une infection gynécologique peut être à l'origine de la stérilité. Le problème est que certaines de ces infections sont silencieuses, c'est-à-dire que vous ne ressentez pour ainsi dire aucun symptôme. C'est par exemple le cas du Chlamydia qui peut entrainer une infection des trompes de Fallope compromettant ainsi vos chances de tomber enceinte. De ce fait, vous avez tout intérêt à effectuer une visite annuelle chez le gynécologue afin de détecter cette infection et bien d'autres qui diminuent la fécondité. Une infection détectée à temps ne nécessitera qu'un traitement médicamenteux pour en venir à bout. Dns le cas du Chlamydia qui n'a pas été traité un temps, une chirurgie peut être nécessaire. Ensuite, il est question de suivre un programme de procréation médicalement assistée.

Vérifiez le fonctionnement de vos ovaires

Pour avoir une chance d'avoir un bébé, il faut des spermatozoïdes et un ovule. De ce fait, les ovaires, qui ont pour mission de produire des ovules, peuvent être la cause d'une infécondité et ce à cause d'une insuffisance hormonale ou d'un kyste ovarien.
Pour ce qui est de l'insuffisance hormonale, sachez que bon nombre d'hormones influent sur le fonctionnement des ovaires et qu'un dérèglement de l'une ou de plusieurs de ces hormones peut compromettre l'ovulation. Pour détecter une éventuelle insuffisance, le gynécologue effectue une prise de sang. La majeure partie des dérèglements hormonaux se soigne simplement par un traitement médicamenteux.
Dans le cas d'un kyste ovarien, détecté suite à une échographie pelvienne, une opération sous cœlioscopie en vient à bout. Notez que tous les kystes ovariens n'entrainent pas forcement l'infécondité.

Les malformations utérines

Une autre cause probable de la stérilité est la malformation utérine. En effet, certaines malformations font que l'utérus, conçu pour permettre une nidification, ne parvienne pas à accomplir sa mission, à accueillir une grossesse ou encore à la mener à terme.
Pour détecter une éventuelle malformation, le médecin procède à une hystéroscopie qui consiste à introduire une sonde par voie naturelle afin de vérifier l'état de l'utérus. Cette intervention, certes pas très agréable, permet de déceler un éventuel problème et donc de tenter d'y remédier. Courage mesdames !
Les solutions dépendront du type de malformation dont vous soufrez et peut aller de la chirurgie à la procréation médicalement assistée, PMA.

Stérilité et mode de vie

Avant de songer aux malformations utérines, aux kystes et autres causes d'infertilité, il serait judicieux de revoir votre mode de vie. En effet, le tabagisme, par exemple, peut contribuer à l'infertilité en augmentant le risque de grossesse extra-utérine ou encore celui de cancer du col de l'utérus.
Le surpoids, peut, lui aussi, être à l'origine de vos difficultés à avoir un enfant. Un indice de masse corporelle (qui se mesure par la division du poids en kilo par la taille au carré exprimée en mètre) excédant 30 est synonyme d'obésité. Obésité qui peut entrainer des irrégularités du cycle menstruel en plus d'augmenter le risque d'avortement spontané. Pour les femmes soufrant de surpoids, une perte de poids de 5 à 10% peut améliorer les chances de mener une grossesse à terme. Dans le même contexte, un poids trop faible peut être à l'origine de dérèglements hormonaux et donc à une baisse de la fécondité.
En outre, la consommation d'alcool peut avoir des effets néfastes sur la fécondité autant des femmes que des hommes. La consommation d'alcool est encore plus néfaste durant la grossesse puisqu'elle peut entrainer le syndrome d'alcoolisme fœtal. La consigne est claire, si vous souhaitez avoir un enfant ou que vous êtes enceinte, il est vivement conseillé de ne pas consommer de l'alcool.
Un mode de vie sain passe également par une gestion du stress. Engagements professionnels, vie de famille… il n'est pas toujours évident de ne pas s'exposer aux facteurs de stress. Pourtant, il faudra faire de votre mieux pour éviter les facteurs de stress pour augmenter vos chances d'avoir un enfant. En respire un bon coup et on se remémore de bons souvenirs. Bonne chance dans vos projets de devenir maman !

Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur