Accueil » Psycho » Bien dans ma tête

En finir une bonne fois avec les complexes!

Publié le Mercredi 11 Décembre 2013
En finir une bonne fois avec les complexes!

Réel ou imaginaire, un complexe est capable de se fixer sur n'importe quelle partie du corps et dans n'importe quel recoin de notre esprit!

Mon nez est trop gros, mes fesses sont trop rondes, mes seins sont trop petits, je suis nulle,… Combien de fois avez-vous entendu ces remarques négatives? Trop souvent et dans bien des cas, il s'agissait de vous! Qu'elle que soit sa nature exacte, un complexe génère beaucoup de souffrance au quotidien. Dans certains cas, il peut même devenir une entrave à la vie sociale!

Pourquoi est-on complexé?

Un complexe renvoie à la difficulté à s'accepter tel qu'on est! Plus il est ancré en soi, plus il empêche de se sentir bien avec soi-même. Chez certaines personnes, la souffrance et la culpabilité sont si fortes, qu'elles les privent de respect, d'amour et de compassion envers elles-mêmes: «Je déteste mes yeux qui sont trop petits et écartés. Pour éviter que les autres se moquent de moi, je les dissimule sous une tonne de maquillage et une frange très longue!» Si la soumission alimente la frustration et la dévalorisation, le fait de vouloir combattre à tout prix un complexe peut pousser la personne complexée à des comportements extrêmes, douloureux voire inacceptables: «La gentillesse est mon arme anti-obésité. Et même si je sais que les gens en abusent, je préfère ça à la solitude!» ; «Pour dépasser mes complexes physiques, j'ai tout misé sur les études. Mon intelligence est ma plus belle revanche sur la vie!» Pour paraître exceptionnelles ou se démarquer des autres, certaines personnes complexées choisissent de masquer leur sentiment d'infériorité par une attitude supérieure entachée de mépris et de domination. Ce choix correspond à ce qu'on appelle communément un complexe de supériorité. Qu'elle que soit la méthode choisie, elle reste superficielle, tant que la personne continue à être incapable de se voir autrement qu'à travers le filtre de son imperfection physique et/ou morale. Sans libre arbitre, chaque pensée, geste et émotion reste dictée par la peur des autres et de leurs jugements négatifs. Dans les cas plus graves où le complexe empêche la personne de vivre normalement, le risque de dépression devient plus important!

Comment surmonter ses complexes:

Vivre heureux quand on se trouve trop gros, trop petit, quand on a les oreilles décollées, le nez trop long ou quand on se sent moins intelligent, etc., c'est possible à condition de le vouloir vraiment et d'être prêt à changer ce qui ne va pas! Si vous vous sentez suffisamment fort pour y arriver tout seul, commencez d'abord par abolir toutes les habitudes qui contribuent à vous isoler et à aggraver votre différence réelle ou imaginaire. Une séance chez un coiffeur, un soin de beauté en institut, l'achat de nouveaux vêtements constituent une étape essentielle. En dopant votre potentiel émotionnel et en vous révélant à vous-même, ces gestes vous aideront à instaurer un nouveau rapport avec votre corps. Ainsi les femmes se sentiront plus sûres de leur féminité et les hommes plus en accord avec leur virilité! La seconde étape consiste à se libérer du pesant fardeau moral que représente le complexe. De fait, si vous aviez tendance à taire votre souffrance, le moment est venu d'en parler plus ouvertement à vos proches et ami(e)s. Loin d'être futiles, vos confidences vous apporteront de précieux éléments de réponses. Ainsi, vous pourriez être surpris de constater que l'image négative que vous avez de vous-même n'a rien à voir avec celle que les autres ont de vous. Cette nouvelle perception vous délivrera petit à petit de votre crainte irrationnelle d'être rejeté, moqué ou critiqué. La troisième étape consiste à vous tenir éloigné le plus possible des canons de beauté classiques véhiculés par les médias. A trop surévaluer la beauté, ces derniers entretiennent le mythe d'une perfection qui n'existe que dans l'imaginaire des gens et pousse les lecteurs à des conduites addictives telles l'anorexie, la boulimie ou la dysmorphophobie, un trouble caractérisé par des difficultés à se construire et accepter l'image de son corps. Chez certaines personnes la dysmorphophobie donne lieu à de véritables délires paranoïaques et à des réactions névrotiques sévères. Si malgré vos efforts, vos complexes continuent à vous gâcher la vie, le moment est peut-être venu de vous tourner vers une thérapie. Le soutien apporté par un psychologue, vous aidera à mieux comprendre que vous êtes unique et que vous possédez en vous des qualités et des atouts exceptionnels!

Les dérives de la beauté physique:

La beauté est le principal atout dans la vie! Si on suit la logique de ce raisonnement, cela revient à dire que seules les belles personnes ont les qualités nécessaires pour atteindre leurs objectifs et réussir dans la vie. En promettant une vie moins belle à ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un physique agréable, ce modèle de pensée enferme les personnes dans une vision élitiste et erronée d'elles-mêmes et du monde. D'autre part, en niant les qualités humaines telles la gentillesse, l'altruisme, l'empathie, la jovialité, l'humour, la générosité, etc., une telle course à la perfection physique développe chez les personnes un complexe de supériorité qui évolue sur fond de suffisance et d'égocentrisme. Loin d'être valorisante, cette obsession à vouloir améliorer son physique en permanence ouvre la voie à d'incessants et déprimants comportements autocritiques envers soi-même et envers les autres. Dans de telles conditions, on peut se demander si la beauté intérieure n'est pas préférable au règne tyrannique de la beauté physique. On peut aussi se demander si une attitude plus positive, compréhensive et indulgente vis-à-vis de soi-même n'est pas la meilleure façon de s'apprécier sans arrières pensées ni émotions négatives. N'oubliez pas d'y penser la prochaine fois que vous vous regarderez dans la glace et que vous serez tenté de critiquer votre reflet. N'oubliez pas aussi d'y réfléchir chaque fois qu'une situation vous poussera à dénigrer vos compétences et vos qualités humaines!

Avis de Cécile Chane – Psychologue:

En fait, peu de gens ne sont pas complexés ! Nous trouvons toujours quelque chose dans notre physique, ou dans notre caractère, que nous aimerions changer, améliorer ou modifier. La société de consommation dans laquelle nous évoluons n'arrange pas les choses et la recherche désespérée de la perfection fait recette.
Beaucoup, arrivent à faire avec ces petits défauts, essayent de trouver des solutions pour en diminuer les effets sur leur moral. Avec le temps, la maturité et quelques astuces, ils acceptent leurs imperfections, en se rassurant et en mettant en évidence leurs qualités.
Mais pour d'autres, ces «complexes» deviennent de véritables souffrances, car pour eux, l'importance donnée à ces imperfections finit par les envahir et détériorer l'image qu'ils ont d'eux même. Cela s'explique le plus souvent, par la fragilité de leur image interne et donc de leur estime d'eux même. En effet, plus cette image est «suffisamment bonne», plus la confiance en soi est solide et moins les complexes occuperont de place dans notre vie.
Notre histoire, notre éducation et le regard, plus ou moins bienveillant, de l'environnement posé sur nous durant notre enfance, vont déterminer, pour une part, la solidité de cette image et marquer la manière dont nous nous considérerons, dont nous nous apprécierons en grandissant. Il y a, bien évidemment, des périodes plus critiques que d'autres: l'adolescence est très souvent l'occasion pour ces complexes de prendre des proportions démesurées. Au moment où le corps se transforme et ou le désir de plaire est à son apogée, il est facile de focaliser sur une partie du corps, toutes ses angoisses et ses doutes. Mais si le socle, la base, mise en place durant l'enfance est solide, petit à petit, tout se calme, on se rassure quant au fait que malgré ces imperfections, on plait quand même… Les complexes ne disparaissent pas complètement, mais généralement on s'en débrouille.
Par contre lorsque ce n'est pas le cas, les complexes deviennent alors invalidants pour la personne qui va se dévaloriser, se juger de plus en plus négativement et finalement s'isoler. Dans les cas les plus dramatiques, cette souffrance peut mener à la dépression.

Mots clés :| Surmonter ses complexes | Complexe |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur