Accueil » Psycho » Enfant

Troubles alimentaires : Mon ado est en danger!

Par | Publié le Mercredi 12 Novembre 2014
Troubles alimentaires : Mon ado est en danger!

Lorsque l'envie de manger de tout se heurte à la crainte obsessionnelle de grossir, de nouvelles conduites alimentaires peuvent apparaître.

Aun âge où les goûts et les dégoûts de l'ado se mettent en place, certains comportements alimentaires voient le jour. Si certains d'entre eux sont sans danger, d'autres donnent naissance à des croyances, des idées reçues et des pratiques alimentaires dangereuses pour la santé psychologique et physique!

Des troubles alimentaires fabriqués:

Si bien manger c'est la santé comme dit l'adage, à l'adolescence le «bien manger» relève souvent du défi, et la tâche des parents devient plus difficile. En effet, si autrefois les familles possédaient une culture gastronomique, de nos jours les enfants et surtout les adolescents sont exposés à des messages médiatiques ambivalents: alors que certains d'entre eux prônent les plaisirs du goût sans se soucier de la valeur nutritionnelle des aliments, d'autres plus restrictifs sur le plan nutritionnel imposent de surveiller son corps et de traquer le moindre kilo superflu.

Face à la pléthore de produits allégés et d'incitations aux plaisirs, les adolescents, qui ne se soucient pas de leur santé sur le long terme, alternent entre sandwichs, pizzas et régimes alimentaires équilibrés pour contrecarrer les conséquences d'habitudes alimentaires jugées malsaines. Dans leur quotidien le «bien manger» ne possède donc pas la même réalité que pour les parents, les médecins et les spécialistes de la nutrition qui préconisent une alimentation adaptée à leur constitution physique.

La dérive des messages publicitaires associée à la hantise de grossir crée des incompréhensions pouvant inciter certains jeunes à adopter des comportements alimentaires extrêmes: «depuis que j'ai lu que pour 1m 60 le poids idéal est compris entre 51 et 64 kg, j'ai décidé de ne prendre plus qu'un repas par jour pour perdre mes 3 kg de trop!» s'il n'est vrai qu'à l'adolescence, les jeunes ont tendance à apparenter la prise de poids à un souci purement esthétique, cette perception erronée les expose à des choix alimentaires où le facteur santé n'est pas du tout pris en compte. Sans repères ni identité alimentaire, certains désordres peuvent s'installer et mettre en péril la relation que l'adolescent a avec son corps!

Déviances alimentaires:

Apprendre à les repérer! Lorsqu'un adolescent modifie son comportement alimentaire de façon plus ou moins soudaine, les parents inquiets s'interrogent: «mon fils est boulimique. Dès qu'il rentre de l'école, il se jette sur les biscuits et sur les viennoiseries! » ; «en trois mois ma fille a perdu 8 kg. J'ai peur qu'elle soit devenue anorexique!» S'il est normal pour les parents d'être anxieux, un changement d'habitudes alimentaires ne signifie pas forcément que l'adolescent est sujet à des troubles compulsifs de type boulimie ou anorexie.

L'adolescence étant l'âge où les goûts et les dégoûts se découvrent, certaines conduites alimentaire plus ou moins fantaisistes tendent à se mettre en place. D'un mois à l'autre, voire d'un jour à l'autre, un même adolescent peut passer de périodes de frénésies alimentaires à des phases de restrictions: « certains jours mon fils dévore, d'autres il n'a jamais faim. Je ne sais vraiment plus quoi en penser!» Face à son corps qui est en perpétuel changement, l'adolescent peut voir dans ces nouvelles conduites alimentaires une manière de s'approprier son corps, ou de venir à bout d'émotions qui le déstabilisent: « le jour où un garçon m'a dit que j'étais trop grosse, j'ai décidé de me mettre au régime. Mon objectif est de perdre 6 kg. C'est un défi personnel que je me suis lancée!» Tant que la prise ou la perte de poids ne dépasse pas les limites du raisonnable, tant qu'elle ne s'accompagne pas de troubles somatiques et physiques (fatigue, chute de cheveux, douleurs abdominales, absence de menstruation, perte de sommeil, isolement, etc.), une prise en charge par un spécialiste de la nutrition et des conseils alimentaires adaptés suffisent à rétablir la situation.

En revanche dès l'instant où les repas familiaux deviennent conflictuels (restriction des portions, refus d'avaler les aliments autrefois appréciés, prise de laxatifs, purges excessives,…), dès le moment où la perte de poids est trop rapide et qu'elle est niée par l'adolescent, l'entrée dans la spirale de l'anorexie ou de la boulimie doit être sérieusement envisagée. En dehors du traitement des symptômes, les approches thérapeutiques s'intéressent aussi la personnalité de l'adolescent et aux dysfonctionnements familiaux pouvant être à l'origine du trouble alimentaire de ce dernier. S'il est vrai que l'identification des croyances, des idées reçues et des émotions responsables des déviances alimentaires, permet à l'adolescent de dépasser ses craintes omniprésentes de grossir, le climat d'écoute et de négociations instauré par les parents l'aidera à définir les bases d'une alimentation mieux équilibrée du point de vue nutritionnel. Le soutien parental lui permettra également de retrouver une meilleure estime de soi et d'améliorer son rapport à la nourriture. Notez toutefois qu'un tel processus demande du temps et de la patience!

AVIS DU SPÉCIALISTE : Cécile Chane Psychologue

A l'adolescence, l'image de soi est en pleine mutation. L'image du corps est, par là même, au centre des préoccupations de l'individu. Tous les changements, physiques et autres qui s'opèrent durant cette période, suscitent chez lui des angoisses, plus ou moins importantes. Ce qui fragilise encore l'adolescent, est la sensation de ne pouvoir maitriser quoique ce soit dans ces transformations. En effet, le corps change, le rapport à l'autre et à soi même change, et tout cela entraîne des émotions, elles aussi incontrôlables !

Du coup, c'est par la tentative de maîtrise que le jeune va essayer de lutter contre ses angoisses : avoir le dernier mot, s'affirmer et si possible s'imposer face à l'adulte vont devenir des moyens de se rassurer dans sa relation à l'autre. Mais vis-à-vis de lui, c'est souvent par la tentative de maitrise de ces changements corporels que le jeune va essayer de se prouver qu'il peut agir et donc arrêter de subir tout ça. Ce corps qui lui échappe et qu'il ne reconnait pas ou plus, est source d'inquiétude et d'insatisfaction. Durant cette période d'incertitude et de manque de confiance en soi, certains messages véhiculés par les médias peuvent devenir des références, des crédos, des défis que le jeune va utiliser comme de nouveaux repères.

Etre mince, filiforme, faire beaucoup de sport, faire attention à ce que l'on mange… Le rapport à la nourriture et donc au plaisir est ici interpelé et va devenir un des moyens de contrôle de ce corps: «Si je suis capable de perdre du poids, d'en prendre, de me restreindre ou de me laisser aller, je fais la preuve de ma capacité à maitriser ce corps et donc mon image».

Ainsi, l'adolescent a l'impression de fixer lui-même les règles ; fantasme qui lui permet de penser qu'il peut s'affranchir du pouvoir des adultes sur lui. Si, la plus part du temps ces tentatives restent limitées et souvent relayées par d'autres moyens de réassurances plus efficaces, quelquefois l'ado verse dans l'excès sans pouvoir stopper cette dérive (généralement lorsque d'autres conflits plus anciens ressurgissent au décours de l'adolescence). Il y a danger lorsque ce désir de maitrise prend le dessus sur le jeune: lorsque l'écart se creuse entre l'image interne qu'il a de lui et la réalité.

Cet «hyper contrôle» se retourne alors contre lui et sa santé physique et psychique s'en trouvent altérées. La vigilance est de mise à l'adolescence dès qu'un changement brutal et excessif intervient que ce soit dans les habitudes, les comportements ou l'humeur du jeune.

Mots clés :| Troubles alimentaires |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur