Accueil » Psycho » Famille

Mon ado est amoureux !

Publié le Mardi 24 Septembre 2013
Mon ado est amoureux !

A l'adolescence, où tout est vécu avec intensité, l'amour et la sexualité deviennent les principaux centres d'intérêt des jeunes!

Sonsidérée comme la période des premières fois, avec tout ce que cela comporte comme joies et frustrations, l'adolescence place les jeunes face à des choix amoureux dont ils ne comprennent pas toujours les enjeux et les conséquences sur leur vie future.

Aimer, ça veut dire quoi pour un ado?

Etre amoureux quand on est un enfant, c'est que du bonheur: on se tient par la main, on s'embrasse, on est content d'être ensemble et ça s'arrête là. Etre amoureux quand on est un adolescent, c'est différent: l'afflux hormonal rend le corps si réceptif qu'un simple effleurement suffit à provoquer de grands frissons, le coeur bat la chamade, les joues s'enflamment et les émotions deviennent vite incontrôlables! Sous l'influence du groupe, la question de l'amour se fait aussi plus pressante.

Aimer et être aimé devient alors la grande affaire, celle qu'il faut absolument vivre et partager dans son journal intime, sur son blog ou par téléphone.

Si au début de l'adolescence, les jeunes associent la relation amoureuse au partage, à la fidélité, à la confiance et à la complicité, le manque d'expérience les confronte à une réalité où la tricherie, le mensonge, la jalousie, les tentatives de contrôle, la perte de sa réputation, l'éloignement des amis, etc., constituent de véritables chocs émotionnels.

CE QU'EN PENSE LE PSY : L'obligation de prouver à l'autre qu'on l'aime pousse certains ados à adopter des comportements qui ne correspondent pas à leur vraie nature: «Pour plaire à mon petit copain, je porte des vêtements moulants, des talons hauts et je me maquille et me coiffe différemment!» Les commentaires, sous-entendus et mesquineries de l'entourage amical peuvent aussi les exposer à des prises de risque dont ils ne mesurent pas toujours la portée et les conséquences: «Un jour, mon copain m'a filmée dans une situation gênante, puis il a posté la vidéo sur son blog. Quatre ans plus tard, j'ai encore une réputation de fille facile!» Si ces expériences de l'amour sont nécessaires à leur développement émotionnel et à la construction de leur cheminement amoureux, la souffrance, la déception, la tension et le désarroi ressentis en cas d'échec amoureux n'en restent pas moins réels.

Quand le coeur n'y est plus!

Si les histoires d'amour des ados se vivent sur le mode de la passion, un chagrin d'amour bouleverse l'ordre établi: on perd l'appétit et le sommeil, le coeur est lourd, les questions fusent de toute part et les espoirs déçus ne font qu'aggraver la souffrance éprouvée! Si la plupart des ados cèdent à la culpabilité («Tout est de ma faute: si j'avais agi différemment, jamais il ne m'aurait quittée!»), certains rejettent la faute sur les autres («Si mes parents m'avaient laissé aller au cinéma, ma copine ne m'aurait pas trompé!») ou préfèrent nier la réalité («Je sais qu'il m'aime toujours et qu'il reviendra vers moi!»).

Quel que soit le mécanisme de défense choisi, la déprime dure en général deux à trois mois, le temps pour l'ado de faire le deuil de son histoire d'amour. Passé ce laps de temps, il se réinvestit dans le monde extérieur, où une nouvelle rencontre est alors possible! Lorsque la rupture entre en résonance avec un manque d'estime de soi, la phase dépressive peut bloquer l'ado dans un échec amoureux qui remet en cause ses valeurs et fragilise l'image qu'il a de lui-même: «Si elle m'a trahi, c'est que je ne vaux rien. Je suis nul, je n'intéresse personne! » Si la déprime de votre ado tend à s'éterniser, l'intervention d'un thérapeute pourra l'aider à mettre des mots sur sa peine. Au fil des séances, la réalité de son échec amoureux lui apparaîtra plus clairement.

CE QU'EN PENSE LE PSY : Pour aider votre ado à évacuer une histoire d'amour qui a mal fini, oubliez les clichés («Une de perdue, dix de retrouvées!») et les critiques («Vous étiez trop mal assortis! »). Ne lui demandez pas non plus de prendre de la distance par rapport à sa mésaventure sentimentale: «De toute façon, vous étiez bien trop jeunes, votre histoire était vouée à l'échec dès le départ!» Si les parents et l'entourage proche recourent à ce type de remarques pour minimiser le chagrin de l'ado, pour celui-ci, elles sont vexantes et humiliantes parce qu'elles remettent en question des valeurs auxquelles il est attaché. S'il s'isole dans sa chambre, ne tambourinez pas à sa porte sous prétexte que vous vous inquiétez. S'il refuse d'en parler, ne le pressez pas de questions. S'il se relâche un peu à l'école, faites-le-lui remarquer sans le culpabiliser pour autant!

Et la place des parents dans tout ça?

L'adolescence est un passage difficile pour les parents qui doivent sans cesse s'adapter aux exigences contradictoires de leur enfant: s'ils sont trop proches ou permissifs, l'ado aura le sentiment d'étouffer, s'ils sont trop distants, répressifs ou indifférents, il se plaindra d'être livré à lui-même! Lorsque ces derniers apprennent l'existence d'une petite copine ou d'un petit copain, les questions et les peurs fusent: faut-il intervenir? Interdire? Mettre en garde? S'immiscer coûte que coûte? La distance imposée par l'ado par crainte que ses parents se mêlent de sa vie ou qu'ils essaient de percer ses secrets complique davantage les choses. Le manque d'objectivité face à la vie amoureuse qui s'ouvre devant leur enfant pousse certains parents à prendre position: «J'interdis à ma fille d'aller chez son petit copain. Qui sait ce qui pourrait se passer?» Si de telles limites visent à rassurer les parents, elles n'ont qu'une portée relative sur l'enfant: «Mes parents ne veulent pas que j'aie de copine parce que je passe mon bac cette année. Pour avoir la paix, je leur fais croire que je n'en ai pas!» Le fait de découvrir que leur enfant est devenu sexuellement désirable constitue un autre motif d'inquiétude. La crainte d'une grossesse précoce, d'une maladie sexuellement transmissible, etc., prive les parents de toute sécurité affective.

Si les spécialistes conseillent aux parents de ne pas étouffer l'ado avec leur amour, une telle distance n'est pas si aisée à mettre en place au quotidien. Est-ce une raison pour le laisser faire tout ce qu'il veut? Non, car quoi qu'il en dise, un ado a besoin de s'appuyer sur des règles clairement définies. S'il les teste, les arrange subtilement pour les dépasser, s'il les négocie pour qu'elles soient élargies, s'il râle, menace ou désobéit, ces dernières le rassurent sur le soutien et l'attachement de ses parents.

CE QU'EN PENSE LE PSY : Comprendre les enjeux de l'adolescence nécessite de s'intéresser aux expériences de l'ado, tout en acceptant l'idée que celles-ci se passent loin de vous et que vous n'en saurez pas grand-chose en dehors de ce qu'il vous en dira. La mise en place d'un dialogue basé sur la confiance implique également de réviser à la baisse certaines de vos exigences et d'adapter votre comportement à celui de votre ado. Selon la réceptivité de ce dernier et le lien qui vous unit à lui, vous pourrez utiliser votre vécu sentimental pour lui faire comprendre que les sentiments passent avant l'acte sexuel et la performance. Quoi qu'il vous en coûte, n'oubliez jamais de lui dire que vous êtes et serez toujours là pour lui, quoi qu'il arrive!

Mots clés :| Adolescence | Amour |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur