Accueil » Santé & Forme » Nutrition

La vitamine E, au coeur de la santé

Publié le Lundi 25 Janvier 2010

Connue pour ses propriétés, antioxydante, cicatrisante et anti-inflammatoire, la vitamine E intervient à divers niveaux dans l’organisme.


Les apports naturels en vitamine E peuvent être satisfaits par plusieurs types d’aliments d’origine végétale et animale. Mais pour profiter au mieux des atouts santé de cette précieuse vitamine, certaines règles alimentaires doivent être respectées.

Le but étant d’éviter les surdosages et les carences nuisibles au bon fonctionnement de l’organisme.Une vitamine aux effets multiples
L’une des principales fonctions de la vitamine E réside dans sa qualité antioxydante. Ainsi, en protégeant les acides gras et la vitamine C de l’oxydation (détérioration), elle empêche les radicaux libres, responsables du vieillissement, d’endommager les cellules et les tissus de l’organisme.

Ces bénéfices lui valent donc d’entretenir l’activité du cerveau, de retarder l’apparition de certains troubles neurologiques comme la maladie d’Alzheimer, de diminuer les troubles visuels (cataracte, dégénérescence maculaire) ou encore d’améliorer l’efficacité du système immunitaire.

Dans un autre registre, son action antioxydante aiderait à prévenir le développement de certains cancers, notamment de la prostate, du sein et du côlon. En limitant l’accumulation du mauvais cholestérol dans les artères et en s’opposant à l’action coagulante du sang, elle aurait également un effet protecteur sur les maladies cardiovasculaires.

Parmi ses autres bienfaits, certaines études scientifiques lui prêtent des vertus cicatrisantes capables d’agir sur les blessures externes et internes. Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, elle atténue l’effet négatif de la pollution sur les voies respiratoires.

A ce titre, il est bon de préciser que les fumeurs doivent augmenter leur apport en vitamine E pour compenser l’action néfaste de la nicotine sur leurs poumons et leurs bronches. Des études récentes ont montré que la prise de suppléments en vitamine E pendant 5 jours (en commençant 2 jours avant les menstruations) réduit les symptômes des femmes souffrant de migraines menstruelles.

Apports nutritionnels recommandés
Les besoins individuels en vitamine E sont assez difficiles à définir, car ils dépendent de l’âge et du sexe. L’activité physique et intellectuelle constitue aussi un facteur à prendre en compte dans l’évaluation des besoins en vitamine E pour chaque individu.

Pour un dosage adapté, il est donc indispensable de connaître ses propres besoins pour ne pas risquer une surdose: bien qu’ils ne soient pas dangereux pour la santé, des apports trop importants en vitamine E peuvent causer des troubles gastro-intestinaux et des maux de tête.

Le tout est de bien équilibrer les apports pour ne pas ressentir les effets d’une carence sur le long terme (rougeur et déshydratation cutanées, cheveux et ongles cassants, difficulté à se concentrer, diminution de la mémoire, arthrose…). Si l’alimentation ne l’apporte pas en quantité suffisante, vous pouvez prendre des compléments de vitamine E vendus en pharmacie.

Attention:
si vous décidez de prendre ce type de compléments, faites-le sur avis médical et sur une période de 3 à 4 semaines maximum.

Si vous êtes sous traitement anticoagulant ou si vous souffrez de carence en vitamine K (une telle carence entraine une défaillance de la coagulation sanguine), évitez de les prendre sans avis médical, car il y a risque d’hémorragie. Enfin, si vous êtes enceinte, ne prenez pas de vitamine E sans un avis médical.

Où la trouver et comment la garder ?
Les huiles végétales, les fruits oléagineux tels que les noix, les noisettes ou les amandes, les céréales, les graines de tournesol, l’huile de foie de morue, le thon à l’huile ou encore le crabe constituent de bonnes sources de vitamine E. Les légumes verts en contiennent aussi, mais en plus petite quantité.

Par contre, la mangue et la pomme de terre en sont riches. Pour éviter les pertes en vitamine E, ne laissez pas les fruits et les légumes tremper dans l’eau durant des heures. De la même manière, consommez-les avec leur peau, car c’est là que cette vitamine est la plus concentrée, et évitez de les découper en morceaux très fins car plus ils sont coupés, plus il y a perte de vitamines.

Le gras des huiles permet à la vitamine E, qui a la particularité d’être soluble dans le gras, de mieux se stocker dans les tissus de l’organisme; il n’y a donc aucun mal à ajouter un filet d’huile à vos préparations culinaires.

Concernant la cuisson, plus celle-ci se prolonge, plus elle est portée à haute température et plus les pertes en vitamine E seront importantes. Pour la préserver au mieux, il est préférable de stocker les aliments riches en vitamine E à l'abri de la lumière et de l’air.

 

Article élaboré avec Emira Moatemri ép. Kallel, nutritionniste du centre Diaita Center

Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur