Accueil » Santé & Forme » Nutrition

Le thé une boisson santé

Publié le Lundi 18 Octobre 2010

Millénaire, le thé est, après l’eau, la boisson la plus consommée au monde. Bon pour le coeur, le cerveau… Aujourd’hui, sa réputation n’est plus à faire. Alors, le thé est-il réellement un aliment santé ? Quelles sont les différentes variétés ? La rédaction effeuille pour vous ce végétal et vous dévoile ses vertus secrètes.


Il était une fois en 2737 avant notre ère, en Chine… Pour se désaltérer, l’empereur Shen Nung faisait bouillir de l’eau à l’abri d’un arbre. Une légère brise agita les branches et quelques feuilles tombèrent dans l’eau et lui donnèrent une couleur et un parfum délicat. L’empereur y goûta, s’en délecta et en reprit. L’arbre n’était autre qu’un théier sauvage… Le thé était né !
Un ou des thés… ?

Aujourd’hui, on estime le nombre de variétés de thé à 3.000. Si toutes proviennent de la même plante d’origine chinoise, le Camellia Sinensis, tous les thés, eux, ne se ressemblent pas. Noir, vert, blanc… en fonction de l’environnement, du terrain, de l’altitude, de l’époque de la récolte et du mode de transformation, l’apparence et les qualités diffèrent. Tous les thés sont reconnus pour avoir de nombreuses vertus, mais les résultats des études scientifiques confirment que les thés peu transformés sont meilleurs pour la santé et qu’il existe également une hiérarchie entre eux : le thé blanc tiendrait le haut de la feuille devant le thé vert, lui-même meilleur que le thé noir
.

Connu par les fins amateurs en Europe, le thé blanc est l’un des plus rares et des plus fameux au monde, ce qui explique sa cherté. Une différence d’efficacité qui s’explique principalement par le mode de préparation : peu de manipulations et de transformations après la cueillette. Le thé vert, appelé aussi vrai thé, est l’infusion favorite des pays du Maghreb. A la fois bon et délicat, il est celui qui possède le plus de propriétés bienfaisantes - en dehors du rarissime thé blanc - du fait de l’absence de fermentation. Ses vertus ne se comptent plus tellement ses substances actives b é n é f i q u e s sont nomb r e u s e s . Enfin, le thé noir est celui qui a subi le plus de transformation. Il a une teneur en vitamines et polyphénols plus faible - voire quasi nulle pourou blancs et contient un peu plus de théine (autrement dit de caféine).

Une renommée ancestrale et mondiale…

D’abord connu et fortement apprécié en Asie pour ses propriétés digestives, stimulantes et diurétiques, le thé est aujourd’hui scientifiquement reconnu pour être une plante au potentiel fantastique. Il semble avoir été créé par Dame Nature tout spécialement pour préserver notre santé ! Savezvous que c’est au Japon, grand consommateur de thé, que l’espérance de vie est la plus élevée, qu’il y a le moins de cancers, de malad i e s cardiovasculaires, de diabète et d’obésité ? Consommé aujourd’hui à travers le monde, le thé est aussi recherché par de nombreuses personnes dans les compléments nutritifs et les cosmétiques.

Tout d’abord, grâce à la caféine - appelée aussi théine - qu’il contient, le thé est considéré comme un excitant doux. Celle-ci, associée aux tanins, se diffuse progressivement dans le sang, procurant un effet plus durable et plus doux que si vous buviez un petit noir. Extrêmement riche en polyphénols (35%) et en vitamines provitamine A (15 mg), C (300 mg), B (11 mg), E (100 mg), le thé vert est reconnu pour son efficacité dans la prévention du vieillissement prématuré et la diminution de certaines maladies.

Par conséquent, il augmenterait l’espérance de vie. Bon pour le coeur, le thé a également fait ses preuves dans la prévention des maladies cardiovasculaires (infarctus et thromboses). Sa richesse en antioxydants est supérieure à la plupart des fruits et légumes et il est même en tête devant le brocoli, le maïs, l’oignon, l’ail et les carottes. Ainsi, les catéchines, théaflavines, flavonols… qu’il contient empêchent l’oxydation du mauvais cholestérol et diminuent la formation des plaques d’athérome. Le thé serait même quatre fois plus efficace que les vitamines C et E ! Les polyphénols ont également un effet antithrombotique, c’est-à-dire qu’ils empêchent la formation de caillots dans le sang et aident à éviter l’artériosclérose.

D’une manière générale, il est communément admis que trois tasses de thé par jour réduiraient de 11% les accidents cardiaques et l’on sait que 85% de ses antioxydants sont libérés dans les 3 à 5 premières min u t e s d’infusion ; l’organisme, lui, bénéficie d’une forte activité antio x y d a n t e dans les deux ou trois heures qui suivent sa consommation. De plus, le thé aurait un effet antimicrobien, notamment contre les bactéries de la bouche ainsi qu’un effet antibiotique et antigrippal.

A cela ajoutons également un effet dépolluant : le thé participe à la purification et au renouvellement de notre corps. Il est d’ailleurs parfois utilisé en période « sèche » par les sportifs pour éliminer les toxines et les graisses. Outre le corps, le thé présente des vertus pour la tête ! En effet, bien qu’il contienne de la théine, en consommer modérément permet d’augmenter la vigilance et de lutter contre le stress. Enfin, de nombreux travaux de recherches au niveau mondial ont tenté d’établir un lien entre le pouvoir antioxydant du thé et le cancer. Il en résulte que ses polyphénols auraient des effets antitumoraux.

En effet, il est communément admis que la catéchine EGCG (le Gallate Epigallocatechol- 3) possède la capacité de bloquer certains mécanismes utilisés par les cellules cancéreuses pour croître et envahir les tissus. Ceci serait particulièrement vrai pour les cancers induits par le tabac (poumon, bouche, oesophage, rein, vessie) et par le mode alimentaire (côlon, rectum, prostate, sein, ovaire, endomètre). Certains travaux soulignent également une défense contre les rayons UV pouvant aider la peau à lutter contre les méfaits du soleil. Si l’ensemble de ces travaux laisse entrevoir une petite lueur d’espoir dans la lutte contre cette maladie, ils sont toutefois à prendre avec prudence.

En revanche, si le thé est moins toxique et plus sain que le café, il n’en demeure pas moins un aliment qu’il faut savoir utiliser pour en tirer tous les bienfaits. L’Organisation mondiale de la santé recommande une consommation quotidienne de 2 tasses par jour de thé infusé au moins dix minutes. Cependant, comme tout aliment tonique, sa consommation doit être limitée en cas d’hypertension, de palpitations mais aussi dans les cas de constipation, d’ulcère ou d’anémie ferriprive car il s’oppose à l’assimilation du fer. Les femmes enceintes ou en période d’allaitement doivent également être vigilantes quant à leur consommation. De plus, inutile de croire que le thé fait maigrir ! Bien sûr, une tasse vous apportera peu de calories et vous aidera à éliminer les toxines, mais ses propriétés s’arrêtent là. Alors, vous prendrez bien une tasse de thé ?

Article élaboré avec Mme Houda SAID - Nutritionniste

 

 

A chaque thé sa couleur


Vert, blanc, noir, rouge… à chaque couleur correspond un type de thé bien particulier. Si l’arbre reste le même, c’est la façon dont est travaillée la feuille une fois cueillie qui fait la différence : flétrissage, fermentation, roulage… et qui met en avant tout l’art du planteur.

Les thés blancs
, spécialité de la région du Fujian (Chine), sont les plus délicats à obtenir et les plus rares aussi. Restées à l’état naturel, les feuilles ne subissent que le flétrissage à l’air libre et la dessiccation.

Les thés verts sont des thés non fermentés. Leurs feuilles subissent différentes opérations, dont la torréfaction pour tuer les enzymes responsables de la fermentation, le roulage et la dessiccation jusqu’à ce que les feuilles ne contiennent plus que 5 à 6% d’eau.

Les thés noirs
voient leur fermentation menée à terme. La feuille est d’abord flétrie pour lui donner une consistance plus souple avant d’être roulée. A la différence du thé vert, l’objectif de cette manipulation est de rompre les cellules pour faciliter les réactions enzymatiques de la fermentation. Si les feuilles sont légèrement roulées, le thé sera doux, fortement roulées, il sera plus corsé. Ensuite les feuilles subissent l’étape de la fermentation, de la torréfaction et du triage.

Les thés semi-fermentés ou Wu Long sont des thés dont la fermentation a été interrompue en cours de processus. Ils sont issus d’un savoir- faire chinois ou taïwanais et dégagent des arômes végétaux ou fruités.


Les thés fumés sont des thés noirs qui, comme leur nom l’indique, ont subi un fumage après avoir été roulés. Cette opération donne un goût particulier mais apprécié au thé. Les thés fumés sont une spécialité du Fujian.

Enfin, les thés sombres ou Pu Er sont obtenus grâce à un procédé de sudation très différent des thés noirs. Selon la durée de cette étape, le parfum est plus ou moins puissant. Les thés sombres sont les sels de thé qui se bonifient avec le temps.

 

 

A lire

La cuisine au thé

Ce livre rassemble les meilleures recettes de cuisine au thé élaborées dans le cadre de l’Ecole du Thé.

Chaque recette est complétée d’un accord mets et thé. Edition Agnès Vienot - 192 pages.
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur