Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

L’anémie, causes et prévention

Publié le Lundi 18 Mai 2009

Nombreux sont les Tunisiens souffrant d’une anémie. Fatigue, pâleur… ces premiers symptômes sont les premiers signes. Voici quelques explications sur ce mal très répandu…


Contrairement aux idées reçues, l’anémie n’est pas une baisse du nombre de globules rouges dans le sang mais la diminution de la quantité d’hémoglobine circulant dans le sang.

L'hémoglobine est un pigment de coloration rouge contenu dans les globules rouges (hématies) qui permettent le transport de l'oxygène et du gaz carbonique des organes vers les poumons pour être expiré.Causes
Cette maladie peut avoir des causes diverses comme une maladie rénale, une hémorragie aiguë (sur une courte période) ou chronique (petite perte de sang sur une longue période), une carence en fer ou en certaines vitamines comme la B12 et la B9, carence qui diminue la production des globules rouges. D’autres causes telles que la destruction des globules rouges (immunologique, mécanique ou héréditaire) sont à l’origine d’une anémie.

Symptômes
Les symptômes de l’anémie résultent de l’appauvrissement des tissus en oxygène. Néanmoins, ces symptômes varient selon le seuil de gravité de la maladie. Certaines personnes touchées par une anémie légère ne remarqueront pas la maladie. Cependant, les signes d’une anémie sont la fatigue, la pâleur de la peau et des conjonctives des yeux, un essoufflement ou l’accélération du rythme cardiaque (tachycardie) au moindre effort, les maux de tête, les étourdissements avec des troubles de la vision, les mains et les pieds froids, la vulnérabilité aux infections ou les douleurs dans les membres, l’abdomen, le dos, la poitrine (dans certains types d’anémie).

Les différents types
• L’anémie ferriprive : c’est la forme la plus répandue. Elle touche le plus souvent les femmes car elle résulte d’un cycle abondant et d’une alimentation pauvre en fer. Aussi, les pertes sanguines à travers le tube digestif peuvent être une autre cause de ce type d’anémie.
• L’anémie suite à une carence en vitamines : une carence en vitamine B12 et/ou en vitamine B9 est la principale cause de cette anémie. Elle provient suite à un apport alimentaire faible en ces vitamines ou à leur mauvaise absorption par l’intestin.
• L’anémie causée par une maladie chronique : certaines maladies chroniques (cancer, maladie de Crohn ou certaines maladies inflammatoires comme l’arthrite rhumatoïde) voire même leur traitement peuvent diminuer la production de globules rouges. Aussi, une insuffisance rénale peut être une cause directe car les reins produisent l’érythropoïétine, hormone qui stimule la production des globules rouges.
• L’anémie hémorragique : elle provient suite à des pertes de sang, des menstruations abondantes, un accouchement ou des pertes de sang - même invisibles - dans les selles. Elle traduit un problème gastro-intestinal comme un ulcère, des polypes du côlon ou un cancer colorectal…
• L’anémie hémolytique : ce type se caractérise par une destruction excessivement rapide des globules rouges. Elle peut être due à une réaction du système immunitaire (auto-immune ou allergique), à la présence de toxines dans le sang, à des infections ou encore être congénitale (drépanocytose, thalassémie…).
• L’anémie aplasique : un type rare. La moelle osseuse ne produit plus assez de cellules souches sanguines. Ainsi, il n’y a pas seulement un manque de globules rouges, mais aussi de globules blancs et de plaquettes sanguines. Dans 50 % des cas, l'anémie aplasique est causée par des agents toxiques, certains médicaments ou une exposition à des radiations. Elle peut aussi s'expliquer par de graves maladies comme la leucémie.

Les personnes à risque
Les personnes les plus susceptibles d’être touchées par une anémie sont : les bébés non allaités, les adolescentes ou les femmes souffrant de pertes sanguines abondantes, les femmes allaitant ou enceintes, les personnes atteintes d’une maladie chronique, d’une maladie auto-immune ou d’un trouble gastro-intestinal, ou qui ont subi des traitements de radiothérapie, celles atteintes d’une infection virale (hépatite) ou le sida et enfin les personnes âgées.

Prévenir la maladie

Il est difficile de prévenir une anémie héréditaire contrairement à celles liées à une carence alimentaire. Tout d’abord, il faut avoir une alimentation qui contient suffisamment de fer (viandes rouges et abats, mollusques, légumes verts, légumineuses, pains et céréales à grains entiers, farines et céréales enrichies en fer), de vitamines B9 (abats de volailles ou foie d’agneau, légumineuses dont les haricots, légumes verts comme les asperges, les épinards, le brocoli, la laitue romaine, chou de Bruxelles, noix et graines comme celles de tournesol, amandes, noisettes et jus d’orange) et de B12 (foie de boeuf, de veau, de volaille, cervelle, viandes, volailles,poissons et fruits de mer ainsi que les oeufs et les produits laitiers).
               Article élaboré avec le Docteur Brahim Aissaoui, spécialiste en hématologie clinique

Bon à Savoir: L’anémie et l’enfant
Le fer est présent en très petite,quantité dans l’organisme. Chaque jour, une partie est automatiquement éliminée. De ce fait, chez les enfants, afin qu’un déséquilibre ne s’installe pas et ne cause pas une anémie, il faut remplacer cette carence par des apports alimentaires. Sachez que les enfants allaités risquent moins d’attraper cette maladie, car le lait maternel contient du fer. Cependant, les bébés non allaités doivent consommer des substituts de lait maternel enrichis en fer jusqu’à l’âge de 9 à 12 mois et plus de bouillons de légumes et de viandes.

 

4 étoiles - 1 votes
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur