Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

Hernie de l'aine, qu'est-ce que c'est ?

Par | Publié le Lundi 16 Novembre 2009

L’apparition d’une petite boule dure au niveau de la région située entre le bas-ventre et la cuisse, et surtout après un effort, peut être évocatrice d’une hernie de l’aine.

Bien que fréquente et tout à fait bénigne, une hernie de l’aine peut apparaître à tous les âges y compris chez le nouveau-né et touche les deux sexes avec toutefois une fréquence plus élevée chez les hommes: 3 hommes sur 4 y seront confrontés au cours de leur vie.

Reconnaître les symptômes

Toute hyperpression exercée sur les tissus abdominaux (toux, port d’objets lourds…) peut les affaiblir et provoquer une déhiscence (fragilité importante), voire une déchirure (cas extrême), pouvant entrainer une sortie des viscères de la paroi abdominale à travers les couches musculaires.

Lorsque cette hyperpression s’exerce au niveau inguinal, la progression des viscères se fera vers le pli situé entre le bas-ventre et la cuisse, entrainant une hernie de l’aine. Dès l’instant où l’organe a dévié de sa trajectoire naturelle, une boursouflure palpable souvent douloureuse peut parfois apparaître assez rapidement dans cette zone. On parle de hernie «inguinale» quand la tuméfaction (boursouflure) siège juste au-dessus du pli de l’aine.

Vidéo ici

Qu’elle soit présente dès la naissance ou due à une faiblesse de la paroi abdominale, une telle tuméfaction voit le plus souvent son volume augmenter en position assise ou lors d’une pression exercée sur l’abdomen (port de charges lourdes, toux ou constipation chroniques, difficultés à uriner…) et diminuer en position couchée voire disparaître, auquel cas elle est dite réductible.





Complications possibles



A plus ou moins brève échéance, une hernie inguinale va entrainer une gêne plus ou moins invalidante avec parfois l’apparition de douleurs et une augmentation de la taille de la hernie. En l’absence de traitement, le risque majeur est l’engouement voire l’étranglement herniaire.

Cela se produit quand le viscère reste coincé dans la poche herniaire. Une telle complication se traduit en général par un gonflement et un durcissement permanents de la hernie devenue dès lors irréductible.

A défaut de soins appropriés, une hernie étranglée va comprimer le tube digestif, empêchant le passage des solides et des liquides vers l’intestin grêle et entrainant une occlusion intestinale aigüe avec survenue de douleurs abdominales accompagnées de nausées, de vomissements ainsi que d’un arrêt des selles et des gaz.

Une telle occlusion peut provoquer des dégâts irréversibles sur le tube digestif pouvant entrainer en quelques heures une nécrose obligeant le chirurgien à faire une résection (ou ablation) de la partie atteinte. L’existence de ce risque (étranglement) doit absolument amener à traiter toutes les formes de hernies.

Les traitements

Le traitement radical de la hernie de l’aine ne peut être envisagé que par la chirurgie. Cependant, devant certaines contre-indications opératoires et parfois dans l’attente de l’acte chirurgical, le médecin peut indiquer le port d’une ceinture herniaire, proposée dans certains cas pour éviter la survenue de complications.

Concernant la prise en charge chirurgicale, l’acte peut se pratiquer soit par voie abdominale (à ciel ouvert) ou par coelioscopie.Les deux techniques nécessitant une anesthésie générale ou une péridurale, à noter que le mode d’anesthésie sera indiqué par le médecin réanimateur en fonction de l’état général et des tares du patient.

Le but de l’opération consiste à replacer le viscère dans l’abdomen. Une fois repositionné, le chirurgien fermera l’endroit défaillant. S’il y a une grande faiblesse et que le chirurgien estime qu’il n’est pas capable de fermer convenablement la hernie, une prothèse synthétique fine et souple (plaque) pourra aider à mieux la contenir.

En général, l’hospitalisation pour une hernie non compliquée est de 24h, c’est ce qu’on appelle une chirurgie à froid (le malade est programmé d’avance).

Par contre, une hernie compliquée peut nécessiter davantage de jours d’hospitalisation ainsi que la pratique de gestes opératoires plus lourds qu’une hernie simple (c’est ce qu’on appelle la chirurgie à chaud ou en urgence). Une fois, l’opération terminée, il sera indispensable d’éviter tout effort violent au moins pendant 6 mois, jusqu’à consolidation totale, et surtout de planifier une visite médicale de contrôle.

Article élaboré avec le Docteur Ben Youssef Jalel- Médecine générale

4 étoiles - 24 votes
Mots clés :| Hernie de l’aine | Aine |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur