Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

Au secours je perds mes cheveux!

Publié le Mardi 02 Novembre 2010

Des cheveux plein la brosse, une bonde bouchée par un amas de « tifs »… on a tous et toutes connu cela. Et rien n’est plus désagréable que de laisser dans toutes les pièces une trace capillaire de son passage. Perdre ses cheveux, est-ce normal ou le signe d’une maladie grave? Hommes, femmes sommes-nous tous concernés? Comment lutter?


On a coutume de dire qu’avec l’automne, les cheveux tombent comme les feuilles d’un arbre. Mais parfois, la saison a bon dos et perdre des cheveux par poignées n’a rien de très réjouissant même si on compte entre 100 et 150.000 cheveux sur notre tête
!Un cycle de vie bien réglé

Le follicule pileux - c’est-à-dire l’enveloppe dans laquelle se loge la racine du cheveu - se divise en plusieurs cellules pour donner naissance et croissance au cheveu. Ceux-ci poussent, vivent et meurent selon un cycle de vie bien défini composé de trois phases.

La première, appelée phase anagène, est celle de la pousse du cheveu et dure entre trois et sept ans. Au cours de cette phase, chaque cheveu pousse d’environ 1 centimètre par mois et 90% des cheveux du cuir chevelu sont concernés. Arrive ensuite la phase de repos ou phase catagène, qui dure d’une à deux semaines et qui est une sorte de mort du cheveu. Cette phase concerne 10% de nos cheveux.

Après deux à trois mois, les cheveux qui étaient au repos chutent, c’est la phase té logène, et sont remplacés par la nouvelle pousse. Jusque-là, donc, rien de grave et il est normal de perdre 30, 50 voire 100 cheveux quotidiennement. A l’inverse, et même si on considère que certaines saisons, comme l’automne, favorisent la chute des cheveux, perdre plus de 100 follicules par jour durant plusieurs semaines nécessite de consulter un médecin car il peut y avoir des causes plus profondes.

C’est grave, docteur ?

Au quotidien, notre chevelure est mise à rude épreuve ne serait-ce que par l’environnement (soleil, vent, froid) qui fragilise le cheveu. A cela, ajoutons les agressions mécaniques telles qu‘un brossage excessif, des élastiques trop serrés, un usage fréquent d’appareils chauffants (sèche-cheveux, fers à lisser…), de produits chimiques (coloration…) ou bien encore une coiffure inadéquate… et voici des cheveux encore plus vulnérables. Cependant, dans 90% des cas, la chute des cheveux est due à une programmation génétique - appelée alopécie androgénétique - causée par les hormones mâles, principalement la testostérone.

De fait, elle touche davantage les hommes et on comprend mieux pourquoi! Sous l’action d’une enzyme, le follicule pileux est suractivé; en accélérant la production, les nouveaux cheveux expulsent les anciens et la durée du cycle se raccourcit. Au bout d’un moment, le follicule fatigue, les cheveux deviennent de plus en plus fins, transparents puis plus rien. C’est inéluctable! Moins courante chez la femme, l’alopécie existe aussi. Elle se traduit par une perte diffuse des cheveux localisée sur la partie supérieure du cuir chevelu et concerne environ 30% de la population féminine. Mais on sait aujourd’hui que le stress, un régime alimentaire trop strict, un choc psychologique, des traitements médicamenteux…

perte de cheveux anormale. Ainsi, la chute des cheveux peut être causée par un dysfonctionnement de la glande thyroïde ou un déséquilibre des hormones féminines et masculines plus connues sous les noms d’androgènes et d’oestrogènes. Dans ce cas, traiter la maladie thyroïdienne ou corriger le déséquilibre hormonal suffit à rétablir l’ordre. Il en va de même après un accouchement. En effet, durant la grossesse, la présence de certaines hormones contribue à garder des cheveux qui normalement auraient dû tomber.

Par c o n s é q u e n t , quelques mois après l’accouchement, lorsque tout revient en ordre, on constate une chute de cheveux excessive avant une reprise normale de leur cycle de vie. Enfin, la chute de cheveux peut être causée par un stress temporaire, par certaines infections fongiques du cuir chevelu - notamment chez l’enfant - ou faire suite à une maladie sous-jacente comme le diabète. Elle est alors accompagnée de signes tels qu’une fatigue, des démangeaisons, des cheveux cassants… ces signes ont leur importance pour déterminer la cause. Une consultation médicale s’impose et peut nécessiter parfois un bilan sanguin pour établir le traitement ad hoc.

Comment lutter ?

Perdre ses cheveux n’est pas une maladie en soi, par conséquent il n’y a pas de traitement à proprement parler. Mais face au problème émotionnel que cela peut créer chez certaines personnes, il existe plusieurs moyens qui permettent de prévenir la chute: alimentation saine, lotions capillaires, médicaments… sont autant de solutions.

Tout d’abord, manger équilibré permet d’apporter aux racines tous les éléments nécessaires pour la fabrication des cheveux et pour préserver la fameuse souplesse vantée par les professionnels du cheveu. Les aliments essentiels sont les vitamines B et PP ainsi que les protéines riches en acides aminés soufrés que l’on trouve dans la viande ou le poisson et qui contribuent à la fabrication de la kératine. Une cure de compléments alimentaires à base de zinc et de vitamines B6 peut éventuellement compléter et booster la pousse des nouveaux cheveux.

Ensuite, l’application de lotions capillaires serait également bénéfique et favoriserait aussi la repousse.

Enfin, le médecin peut prescrire des traitements pour pallier le problème avant d’envisager des solutions plus radicales telles que les prothèses capillaires ou la greffe de cheveux. Enfin, sachez que le phénomène est inévitable et qu’il est donc inutile de se faire des cheveux blancs.

 

Article élaboré avec le Dr. Noura AMIRA Dermatologue

 


 

Se masser le cuir chevelu pour agir contre la chute des cheveux…


 

Simple et efficace, parce que tout ce qui active la circulation du cuir chevelu est bon pour les cheveux qui puisent leur nourriture dans le sang.

C’est pourquoi masser son cuir chevelu est excellent pour stimuler la circulation sanguine.

Le but est de mobiliser la peau du crâne, qui manque souvent de souplesse, par des massages circulaires de chaque côté de la tête.

Il faut sentir le sang circuler et la peau devenir chaude sous les doigts.

 


 

Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur