Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

L'angine de poitrine une maladie du coeur

Publié le Mardi 15 Novembre 2011

Egalement connue sous le nom d’angor, l’angine de poitrine est une maladie qu’il faut prendre très au sérieux tant ses conséquences peuvent être néfastes car si ce n’est pas une crise cardiaque, elle en est un signe avant-coureur.

 L’angine de poitrine est une pathologie assez courante dans les pays développés et se traduit par une douleur thoracique ainsi qu’une sensation de compression ou de douleur à la poitrine.

En cas de crise très sévère, cette douleur peut irradier jusqu’à l’épaule, au dos, au bras gauche voire parfois à la mâchoire inférieure.

L’origine est simple: le coeur est un muscle qui pompe le sang afin de le distribuer dans tout l’organisme.

Pour remplir cette fonction vitale, il a lui-même besoin de sang et d’oxygène qui lui sont apportés par trois artères principales.

Lorsque l’une d’elles est partiellement obstruée, le coeur manque d’oxygène et les efforts sont plus difficiles.

En fonction des circonstances d’apparition, on distingue deux types d’angine de poitrine: l’angor stable et l’angor instable.

La première se caractérise par une survenue lors d’une activité physique.

De fait, elle est aussi appelée angor d’effort, mais elle peut aussi survenir sous le coup du stress, en présence de froid

ou de chaleur intense, à la suite d’un repas copieux.
La douleur ressentie est assez proche d’une crampe musculaire au niveau du sternum. 
Dans ce cas, mieux vaut cesser immédiatement toute activité et la douleur doit disparaître rapidement. 
La majorité des crises sont déclenchées par le rétrécissement d’une artère coronaire, ce qui provoque une chute du taux d’oxygène.
Le coeur sollicité ne parvient plus à avoir l’afflux nécessaire. 
La seconde forme est celle qui apparaît au repos, d’où son nom d’angor instable. 
Elle est beaucoup plus grave que la première car elle peut être caractéristique d’un infarctus du myocarde. 
Concrètement, l’angor instable correspond à une rupture de plaque d’athérome, c'est-à-dire une accumulation de cellules chargées de mauvais cholestérol le long des parois des artères, ce qui peut conduire à la formation d’un caillot de sang. 
Résistante à la trinitrine qui soulage l’angor stable, elle peut conduire à un infarctus. 
C’est pourquoi sa prise en charge doit être rapide. 


Comment reconnaît-on un angor? 


L’examen de base est bien sûr l’électrocardiogramme, mais sans antécédent d’infarctus, il est fort à parier que celui-ci soit normal. 
L’épreuve d’effort est plus révélatrice de la pathologie. 
Elle consiste à solliciter le coeur durant une épreuve physique afin d’observer le rétrécissement de l’artère coronaire. 
Mais s’il en ressent la nécessité, votre cardiologue peut décider de vous faire passer d’autres types d’examen: échographie, scintigraphie, coronarographie… qui pourront révéler plus précisément l’étendue du rétrécissement. 
Dans l’hypothèse où on vous a diagnostiqué un angor stable, pas de panique. 
Des traitements de fond existent et se déclinent sous l’acronyme BASIC. 
B pour bêtabloquants (ils ont tendance à ralentir le coeur et donc à minimiser le besoin en oxygène), A pour Antiagrégants plaquettaires tels que l’aspirine par exemple qui fluidifie le sang et donc facilite sa circulation. 
Ensuite, S pour les statines, molécules qui combattent le mauvais cholestérol et empêchent ainsi la formation de plaques d’athéromes. 
I pour l’initiale d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion visant à faire baisser la tension, et enfin C pour les corrections des facteurs de risques. 
Comme toutes les maladies cardiovasculaires, certains comportements favorisent l’apparition de l’angine de poitrine: tabac, manque d’activité physique, déséquilibre alimentaire… 
Des facteurs sur lesquels il est relativement facile d’agir à l’inverse d’autres pour lesquels on ne peut rien tels que l’âge, le sexe ou bien encore l’hérédité. 
Cinq facteurs pour prévenir l’angine de poitrine

Adopter un régime alimentaire équilibré en diminuant le plus possible la consommation de «mauvais gras», c’est-à-dire des aliments qui renferment cholestérol et gras saturés (viandes grasses, beurre, crème, oeufs, fritures) ainsi que les aliments sources de «gras trans» (margarine, chips…) 
En parallèle, il faut privilégier les sources de «bons gras» (huile d’olive), les aliments riches en fibres solubles, les fruits (framboises, fraises) particulièrement efficaces pour lutter contre les radicaux libres, responsables de la détérioration du système cardio-vasculaire. 
Le poids est également un élément à surveiller. 
En effet, les personnes présentant un problème de poids présentent plus de risques de développer une angine de poitrine. 
Contrôler son stress par la relaxation et la respiration contribue à diminuer les risques. 
Le stress intervient directement sur le système hormonal de l’organisme. 
En stimulant la production de celles-ci, le stress contribue à endommager le système cardiovasculaire. 
Une bonne gestion du stress en s’accordant des temps de repos, en pratiquant des exercices respiratoires, permet d’avoir une action calmante sur l’organisme, de surmonter l’anxiété et la nervosité. 
L’exercice. Même si l’angine de poitrine peut survenir lors de l’effort, il est impératif de maintenir une activité physique tout simplement parce que le sport permet de tonifier le système cardiaque et est un bon moyen de bien contrôler son stress, en particulier l’adrénaline. 
N’hésitez pas à demander un avis médical pour établir votre programme. 
Enfin la supplémentation occupe également une place efficace. Vitamines B, C, E, sélénium… peuvent vous aider à retrouver la sérénité. 
Un doute sur une douleur inhabituelle? 
Consultez votre médecin généraliste ou votre cardiologue, eux seuls pourront faire un diagnostic précis. 
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur