Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

Epilepsie: quand le cerveau ne connecte plus !

Publié le Vendredi 22 Novembre 2013
Epilepsie: quand le cerveau ne connecte plus !

Epilepsie… rien que ce nom évoque en nous une certaine angoisse. Des crises spectaculaires et des symptômes qui impressionnent : convulsions, perte de connaissance, cris… On se sent souvent désarmé quand ça arrive et… ça peut arriver !

Ce trouble neurologique chronique est, en effet, susceptible de nous toucher à tout moment de notre vie.

L'épilepsie : Un mal sacré

C'est une affection neurologique chronique qui porte également le nom de « mal sacré » ou « mal comitial ». Elle s'explique par une hyperactivité cérébrale paroxystique qui se manifeste par des convulsions ou une perte de conscience. Certains cas, présentent également des hallucinations complexes.
Pas si rare, puisqu'elle touche en moyenne 1 personne sur 200, elle est pourtant assez méconnue. On associe souvent l'épilepsie à une maladie mentale.
Adulte, nous ne sommes pas à l'abri, puisqu'elle débute, uniquement, une fois sur deux dès l'enfance, sans réelle cause. Toutefois, les cas les plus graves sont évidemment ceux qui apparaissent sur les enfants en bas âge. Car même si l'on considère que l'épilepsie n'altère pas les capacités intellectuelles, sur un cerveau non mature, comme celui de l'enfant, les crises peuvent causer un dysfonctionnement cérébral léger.

Epilepsie aux multiples facettes

En réalité, il y a plusieurs types d'épilepsies. Nous sommes tous concernés par une première crise. Mais il sera plus rare que la crise récidive. En effet, pour être considéré comme atteint d'épilepsie, la répétition des crises est l'une des principales caractéristiques. C'est en tout cas, ce que la communauté scientifique s'accorde à dire.
L'épilepsie est causée par un dysfonctionnement passager du cerveau. Pendant la crise, il est constaté que les neurones produisent soudainement une décharge électrique anormale dans certaines zones cérébrales.
Ces décharges sont de courte durée, dans une zone précise du cerveau ou dans l'ensemble, et s'accompagnent ou non de mouvements saccadés ou de convulsions. Mais dans des cas isolés, les crises d'épilepsie se manifestent par des sensations insolites comme des hallucinations olfactives ou auditives mais aussi un regard fixe et des gestes répétitifs involontaires.
Les causes de ces crises ? Aujourd'hui encore, les médecins ont du mal à déterminer la cause exacte qui déclenche ces crises. On suppose que dans 15% des cas, la composante héréditaire en est la cause principale. Dans d'autres cas, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un autre traumatisme au cerveau peut en être la cause.

Epilepsie : deux grands types de crises

On distingue deux grands types de crises aussi impressionnantes l'une que l'autre :

  • Les crises partielles (ou focales) qui ne touchent qu'une région précise du cerveau. Dans ce cas :

- Elles ne durent que quelques minutes.
- L'individu demeure conscient.
- Les symptômes dépendent de la zone du cerveau atteinte mais en général : fourmillements, mouvements incontrôlables de crispation, …

Même si elles ne touchent qu'une région du cerveau, certaines crises partielles peuvent être très complexes: absence de réponse aux stimulations, regard fixe, automatismes… La crise passée, il n'est pas rare que l'individu ne se souvienne pas ou très peu de ce qui s'est passé.

  • Les crises généralisées : elles touchent l'ensemble du cerveau. Parmi elles, les crises tonicocloniques (appelées autrefois «grand mal») qui sont les plus connues. Elles sont assez spectaculaires et se traduisent par des convulsions généralisées en deux phases :

- Première phase : la personne peut pousser un cri, s'évanouir avant de se raidir.
- Deuxième phase : la personne entre en convulsions.
- La crise terminée, il arrive que la personne soit déboussolée ou éprouve des maux de tête.
Mais il arrive qu'une crise partielle se généralise à l'ensemble du cerveau. Et, en fonction des sensations ressenties au cours de la crise, le médecin peut avoir une indication sur sa localisation (lobe frontal, lobe temporal…).

Epilepsie : des conséquences physiques et sociales

Les crises d'épilepsie peuvent entraîner plusieurs séquelles:

  • Des blessures corporelles si la personne perd le contrôle de ses mouvements et se cogne.
  • D'importantes séquelles neurologiques, à tout âge, si les crises sont prolongées. Dans ce cas, il faut traiter d'urgence. En effet, durant une crise prolongée, certaines zones du cerveau manquent d'oxygène.
  • Des répercussions psychologiques importantes causées entre autres par l'imprévisibilité des crises, les préjugés, les effets des médicaments… et les épileptiques ont une vraie souffrance qui les pousse à l'isolement.
  • Des risques mortels même si le phénomène est rare. Il porte le nom de «mort subite inattendue et inexpliquée en épilepsie».

Que faire en cas de crise?

Première chose à savoir : « il est impossible d'arrêter une crise qui est déjà déclenchée ».
Par contre, si vous êtes témoin d'une personne atteinte d'une crise, voici quelques consignes à suivre :

  • Ne tentez pas de contenir ses convulsions.
  • Ne touchez pas la personne à moins qu'elle soit dans une position dangereuse.
  • Eloignez la personne de tout ce qui pourrait faire obstacle ou causer une blessure.
  • N'insérez rien dans sa bouche.
  • Dénouez sa cravate, son col…tout ce qui peut gêner la respiration.
  • La crise terminée, placez un coussin ou un vêtement replié sous sa tête et tournez doucement la personne sur le côté pour dégager les voies respiratoires et favoriser l'écoulement de la salive.
  • Assurez-vous qu'elle respire facilement.
  • Laissez la personne se reposer.

Si la crise dure plus de cinq minutes, si une nouvelle crise survient immédiatement après ou si la perte de conscience persiste quelques minutes après la fin de la crise, il est conseillé d'appeler les secours.

Est-ce bien une crise d'épilepsie?

C'est une question perplexe… En effet, le diagnostic d'une crise d'épilepsie repose sur la description exacte et précise du déroulement de la crise. Mais pour confirmer le diagnostic, le médecin procédera à un électroencéphalogramme (examen qui enregistre l'activité électrique du cerveau).
Une fois le diagnostic établi, il est inutile de voir un médecin à chaque crise mais une consultation s'impose dans certains cas: signes de blessure, augmentation de la fréquence des crises, changements dans la perception des crises…

Epilepsie, un compagnon de vie ?

L'épilepsie peut durer toute la vie, mais certaines personnes atteintes finiront par ne plus avoir de crises. Il semblerait qu'on a plus de chances d'en guérir si on a eu ses premières crises en bas âge.
Pour 80% des personnes chez qui la maladie persiste, les médicaments parviennent à éliminer les crises.
Sachez qu'il est également possible de réduire la fréquence des crises en évitant certaines situations à risque: émotions fortes, exercice physique intense… Avoir un mode de vie sain permet de contrôler également les crises.

Mots clés :| Epilepsie | Cerveau |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur