Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

Troubles du sommeil : ouvrez l'œil !

Publié le Lundi 25 Novembre 2013
Troubles du sommeil : ouvrez l'œil !

Vous dormez mal ou n'arrivez pas à dormir ? La fatigue se fait ressentir dès le saut du lit ? Ne prenez pas les troubles du sommeil à la légère ils peuvent cacher différentes maladie…

Le sommeil est nécessaire pour récupérer de la fatigue de la journée, pour le développement cérébral ainsi que pour réguler certaines fonctions métaboliques. Un manque du sommeil entraine donc un manque de concentration et expose à plusieurs pathologies.
Le sommeil est une suite de cycles faits de sommeil léger durant laquelle nous récupérons de la fatigue, un sommeil lent durant lequel le corps régule différentes fonctionnalités et un sommeil paradoxal durant lequel nous rêvons et réglons nos conflits et autres problèmes de caractère psychologique. Les troubles du sommeil touchent une ou plusieurs de ses phases.
Plusieurs systèmes interagissent pour que nous ayons sommeil. C'est par exemple le cas de l'adénosine. L'adénosine est produit durant l'éveil jusqu'à un certain seuil qui déclenche le sommeil. Cette substance est ensuite éliminée durant le sommeil jusqu'à un certain seuil qui provoque le réveil. C'est ce qui explique que le café empêche le sommeil puisqu'il bloque les récepteurs à l'adénosine.

Des troubles du sommeil peuvent cacher une dépression

Les troubles du sommeil peuvent être le symptôme de troubles psychiatriques dont la dépression. En effet 80% des personnes dépressives présentent des troubles du sommeil. D'ailleurs, ces troubles peuvent s'aggraver suite à la prise de médicaments d'antidépresseurs ou d'anxiolytiques.

Jambes sans repos, nuit sans repos !

Le syndrome des jambes sans repos altère lui aussi la qualité du sommeil. La personne qui en est atteinte ressent un besoin pressant de bouger ses jambes et n'arrive donc pas à dormir paisiblement. Ce syndrome s'accompagne en effet de mouvements involontaires durant la nuit qui engendre un manque de sommeil, une irritabilité et qui peut même provoquer des crises d'angoisse ce qui rend le sommeil encore plus difficile.
Et si c'était la maladie de Parkinson ?
D'autres maladies, telle que la maladie de Parkinson s'accompagnent de troubles du sommeil. Ces troubles touchent le plus souvent le sommeil paradoxal et se font ressentir par des mouvements brusques lors de des rêves. Un défaut d'atonie musculaire, normalement observé chez les dormeurs pendant cette phase, entraîne ces individus à vivre leur cauchemar avec des gestes brusques, voire violents.

L'apnée du sommeil

Un autre trouble touchant le sommeil est le syndrome des apnées obstructives du sommeil (SAOS). Ce trouble se manifeste par des ronflements allant jusqu'à l'arrêt de la respiration. Les personnes soufrant d'apnée du sommeil sont souvent fatiguées durant la journée en plus d'être irritables.
Les personnes les plus touchées sont celles qui présentent un surpoids. L'obstruction de la gorge par la langue et par le relâchement des muscles du pharynx entraine plusieurs arrêts de la respiration durant le sommeil. Cela provoque des micro-éveils qui permettent la contraction réflexe de ces muscles et la libération des voies respiratoires
Les troubles respiratoires du sommeil sont particulièrement inquiétants car ils peuvent engendrer des maladies cardio-vasculaires telles que l'hypertension artérielle, l'insuffisance cardiaque, les accidents coronariens, l'angine de poitrine et l'infarctus du myocarde. Les apnées du sommeil sont également liées au risque d'AVC.
Si vous présentez des symptômes de l'apnée du sommeil signalez-le à votre médecin qui préconisera une polysomnographie. Cette technique consiste à enregistrer l'activité cérébrale (via un électroencéphalogramme), le flux d'air naso-buccal, les mouvements thoraciques et abdominaux (pour déterminer les efforts respiratoires) ainsi que les mouvements des muscles oculomoteurs de manière à identifier la phase paradoxale du sommeil.

Quand la prostate vous empêche de dormir

Il arrive également que les troubles du sommeil soient liés à de fréquentes envies d'uriner. Ces troubles peuvent annoncer un adénome ou hypertrophie bénigne ou cancéreuse de la prostate. Les troubles du sommeil liés à une envie d'uriner ont tout intérêt à consulter.

L'hypersomnie

Puis vient l'hypersomnie idiopathique. Ce trouble neurologique caractérisé par un sommeil profond ou excessif et associé à une somnolence anormale ne doit pas être pris à la légère. Cette pathologie rare est diagnostiquée par un médecin du sommeil.
L'hypersomnie peut également provoquer des comportements anormaux pendant le sommeil, notamment le somnambulisme qui survient pendant le sommeil lent profond. Le cerveau associe le contenu mental d'un rêve et la perception de l'environnement. Il existe une forte prédisposition génétique au somnambulisme.

Boire ou dormir, il faut choisir

Outre les maladies, les troubles du sommeil peuvent être le signe d'une mauvaise hygiène de vie. Ainsi un abus d'alcool est susceptible de provoquer des insomnies. Ces abus provoquent souvent des insomnies durant la deuxième partie de la nuit.

Votre ligne peut en souffrir

En plus des nombreuses maladies qu'ils peuvent cacher, des études ont prouvé que les troubles du sommeil favorisent le surpoids. En effets le sommeil joue un rôle dans la régulation de l'appétit. Avant de commencer un régime, assurez-vous que vous dormez assez et que votre sommeil est réparateur !

Consultez

Comme expliqué précédemment, les troubles du sommeil peuvent être lignés à des maladies psychiatriques, neurologiques, cardiovasculaire… de ce fait il est important de consulter dès que vous remarquez un changement dans votre sommeil, que vous soufrez d'insomnie ou que vous vous sentez fatigué dès le réveil.
Dormir peu ou dormir mal se reflète inévitablement sur la santé physique et mentale. Une personne qui ne dors pas assez est fatiguée, irritable et n'arrivera pas à se concentrer.
La connaissance des mécanismes du sommeil a progressé au cours des dernières années notamment à l'IRM fonctionnelle et à l'enregistrement de l'activité cérébrale grâce à des électrodes implantées. Ces éléments combinés aident à reconstituer progressivement les réseaux actifs pendant le sommeil lors des différents stades

Nos besoins en sommeil évoluent

Nos besoins en sommeil évoluent avec l'âge. Alors que nous passons le plus clair de notre temps à dormir la petite enfance, ces besoins diminuent à l'adolescence et les ados dorment souvent assez tard et se réveille tard. À partir de 60 ans nous avons plutôt tendance à dormir tôt pour nous réveiller tôt.

Conseils pour mieux dormir

La première chose à faire est d'adopter des horaires de sommeil réguliers. Se coucher et se lever à des horaires réguliers permet de garder un même rythme. Dans le même contexte, pensez à favoriser le sommeil en concevant la température de votre chambre à coucher aux alentours de 18 degrés et en prenant soin de préparer votre sommeil en baissant la lumière, les sons… L'ordinateur, les jeux et les lumières vives sont à bannir juste avent le sommeil.
Quelques exercices d'étirement et de respiration aident aussi à améliorer la qualité du sommeil et à avoir un réveil tonic. Commencez votre journée par les bons gestes !
De même la pratique d'une activité physique durant la journée favorise l'endormissement.
Une petite sieste est également la bienvenue. Elle vous aidera à récupérer et à rester concentré tout au long de la journée.
Puis, comme expliqué précédemment, les excitants retardent le sommeil et favorisent les réveils nocturnes. Thé, café et sodas sont donc à bannir au-delà de 15 heures. Cette consigne est aussi valable pour l'alcool dont l'abus favorise les troubles du sommeil.
Ensuite, il convient de diner léger et de le faire au moins deux heures avant d'aller au lit. Eviter les somnifères
Un autre conseil consiste à se coucher dès les premiers signes de sommeil. Paupières lourdes et yeux qui picotent vous signalent qu'il est temps d'aller au lit. Ne négligez pas ces signaux au risque que l'envie du sommeil passe et que vous vous retrouvez à regarder le plafond durant une bonne partie de la nuit.
En revanche si vous comptez les moutons depuis plus d'une quinzaine de minute et que vous n'arrivez toujours pas à dormir, le mieux est de vous lever et de faire quelques étirements pour vous détendre avant de revenir au lit.
Faites de beaux rêves !

Mots clés :| Troubles du sommeil | Hypersomnie |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur