Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

Digestion difficile: quand votre estomac est mis à rude épreuve !

Par L.B | Publié le Lundi 08 Décembre 2014
Digestion difficile: quand votre estomac est mis à rude épreuve !

Bien manger est une chose. Avoir un bon transit en est une autre! Or, les problèmes de digestion sont monnaie courante: ballonnements, coliques, brûlures d’estomac ou digestion difficile… Symptômes digestifs passagers ou persistants, la rédaction fait le point sur l’appareil digestif, ses troubles et surtout les solutions…

Avoir le ventre déréglé est particulièrement inconfortable. En règle générale, notre intestin nous fait payer nos écarts alimentaires rapidement et se manifeste par des brûlures, des spasmes, des nausées, de l'aérophagie, des ballonnements… Ces douleurs s'accompagnent le plus souvent de troubles du transit qui peuvent durer plusieurs mois et il est facile de comprendre que ces derniers altèrent grandement la qualité de vie. C'est pourquoi il est important dès les premiers signes de les prendre au sérieux, comme n'importe quels autres maux.

Un parcours bien réglé

L'appareil digestif est responsable de la transformation des aliments, de leur dégradation en protéines, en glucides, en sels minéraux, en oligo-éléments, en lipides et autres substances dont l'organisme a besoin. Il est composé de nombreux organes: œsophage, estomac, intestin grêle… chacun ayant un rôle précis dans la digestion et l'absorption. Il assure également le passage de ces nutriments dans la circulation sanguine. C'est avec la bouche, où les dents et la langue démarrent le processus de dégradation de la nourriture, que commence le tube digestif. La nourriture mastiquée descend jusque dans l'estomac grâce aux mouvements contractés et rythmés de l'œsophage. Là, le processus se poursuit grâce à l'acide chlorhydrique. Le liquide résultant de la nourriture bien digérée entre alors dans l'intestin grêle puis le gros intestin. Les résidus inutilisables de liquide passent dans le côlon et le rectum où ils sont stockés avant excrétion.

Le dyspeptique, un monsieur Jourdain qui s'ignore…

Il arrive fréquemment que l'on ressente des sensations inconfortables au niveau de la partie haute du tube digestif alors que celui-ci ne présente pas d'anomalies particulières. On appelle cela des dyspepsies. Celles-ci sont en réalité des troubles fonctionnels et la première cause de consultation en gastro-entérologie.
Le stress, l'anxiété, des repas trop abondants ou trop gras, une surconsommation d'alcool ou bien encore des repas pris beaucoup trop vite sont le plus souvent la cause de l'apparition ou de la récidive de ces symptômes dyspeptiques.
Si vous souffrez depuis des mois, voire des années… avez l'impression de «mal digérer» ou de digérer lentement… Il est fort à parier que vous souffriez de ce type de troubles. Un diagnostic qui peut être conforté par d'autres symptômes: rots, hoquets, sensation de gonflement après les repas, renvoi de liquide amer, nausées, vomissements…
Les douleurs dyspeptiques siègent dans la région épigastrique (creux de l'estomac) et peuvent irradier partout. En règle générale, il s'agit d'une impression de pesanteur de l'estomac plus ou moins douloureuse. Ces douleurs surviennent à n'importe quelle heure et ne se calment absolument pas avec une prise d'aliments, bien au contraire. Seule la position allongée après un repas ou, bizarrement, les vacances peuvent les atténuer.

Les ballonnements

D'une manière générale, les ballonnements sont assez gênants surtout lorsqu'ils deviennent un peu trop habituels. Ils se caractérisent par une sensation de gonflement de l'abdomen avec besoin d'éructer ou d'émettre des vents. Généralement, ces sensations se situent vers le haut, sous les côtes, dans la région de l'estomac ou plus bas vers l'intestin grêle et le gros côlon. Le plus souvent bénins, les ballonnements doivent cependant alerter lorsqu'ils deviennent douloureux ou sont anormalement longs. Les spécialistes parlent de:
- Aérogastrie (ballonnements de l'estomac), qui correspond à une distension de l'organe par des solides ou des liquides et se repère à l'œil nu. Elle fait le plus souvent suite à un bon repas riche en graisses ou en sucre et s'accompagne souvent d'aérophagie. Pour l'éviter: manger lentement, fractionner les grosses bouchées et mâcher correctement, éviter de mastiquer des gommes ou des friandises molles entre les repas, privilégier les protéines dans l'alimentation et restreindre les hydrates de carbone, utiliser des granulés de charbon – en vente en pharmacie – pour absorber l'air en excès.
- Aéroiléie (ballonnements de l'intestin grêle), qui ne fait pas partie des petites misères car elle est le plus souvent due à des causes chirurgicales. Chez l'enfant, elle peut toutefois s'accompagner d'un état infectieux (otite, angine…) ou annoncer le début d'une gastro-entérite.
- Aérocolie (ballonnements du gros côlon), qui est due à des gaz fabriqués sur place par les bactéries normalement présentes. Les gaz produits en excès provoquent des flatulences avec sensation de ballonnements et parfois des spasmes. Généralement, ce sont les infections intestinales, les pullulations bactériennes et les gastro-entérites qui en sont les causes. Les aliments responsables étant les féculents, les légumes comme le chou mais aussi les excès de crudités ou de fruits. Pour les éviter, il est nécessaire d'adopter un régime à base de protéines et de laitages avec une réduction des sucres et des graisses. Si ces ballonnements ou flatulences persistent, mieux vaut consulter un médecin.

Un côlon irritable… et tout déraille!

Certains parlent d'intestin nerveux, d'autres de colite spasmodique… mais en réalité, tous ces termes définissent la même chose. Le syndrome du côlon irritable représente environ un tiers des consultations chez les gastro-entérologues et on estime que 20% de la population est victime de ce trouble. Bien qu'il semble qu'il y ait une prédominance pour les femmes entre 25 et 45 ans, nous sommes tous concernés par ce phénomène complexe. En fait, les études montrent aujourd'hui qu'il ne s'agirait pas d'une réactivité plus importante du côlon au stress ou autres stimulus comme on a pu longtemps le penser mais plutôt à une hypersensibilité du système digestif. Il serait donc plus logique de parler de côlon hypersensible que de côlon irritable. Parmi les causes identifiées: la consommation de certains aliments contenant beaucoup de matières grasses, de laitages, de chocolat, de café ou de certains légumes connus pour leurs propriétés gazogènes (lentilles, choux…) mais aussi des facteurs psychologiques de stress qui peuvent entraîner une aggravation des symptômes.

Réconciliez-vous avec votre système digestif

Face à la rébellion gastrique, peut-être faut-il tout simplement prendre un peu plus soin de votre appareil digestif. Prendre le temps de bien manger et éviter les erreurs culinaires sont les principaux conseils pour éviter les troubles de la digestion.
Evitez de ne manger que sur le pouce et à heures irrégulières, prenez le temps de bien mastiquer, buvez régulièrement et au moins un litre d'eau par jour, ayez une activité physique… ce sont les secrets pour ne pas voir votre estomac se rebeller.
Un estomac qui souffre a besoin de légumes en grandes quantités (fenouil, asperges, céleri, poireaux…) et d'eau pour éliminer. D'une manière générale, il doit éviter les modes de cuisson difficilement digestibles, les aliments en sauce, frits, poêlés, panés ainsi que les boissons gazeuses. A l'inverse, sont à privilégier les laitages, les abats cuits sans graisse, le pain blanc rassis, les biscottes, les légumes tendres et cuits, le beurre, le miel… Côté mode de cuisson, il est préconisé de faire cuire les aliments à l'eau, à la vapeur, de les pocher ou griller.
Mais pour limiter ces troubles, il est important aussi de regarder du côté de l'hygiène de vie, surtout si les douleurs et acidités gastriques reviennent trop souvent: apprendre à maîtriser son stress, réduire sa consommation d'alcool, de tabac et de graisse, éviter les repas trop copieux, ne pas se coucher immédiatement après le repas en particulier si vous êtes sujets à des reflux, ne pas avoir honte de desserrer son pantalon pendant le repas dans la mesure où cela est possible, limiter la consommation d'aspirine ou autres anti-inflammatoires car de fortes doses peuvent entraîner des saignements et donc des brûlures de l'estomac.

C'est quoi un gastro-entérologue?

La gastro-entérologie se consacre à l'étude de l'appareil digestif et au traitement des maladies qui s'y rapportent. Elle traite à la fois les organes (œsophage, estomac, intestin grêle, anus…) et les glandes digestives (foie, pancréas…). Une digestion difficile ne doit pas être prise à la légère: commencez par consulter votre médecin généraliste qui, face à des signes digestifs inhabituels, pourra vous orienter ensuite vers un gastro-entérologue plus à même de traiter votre cas et de réaliser des examens plus poussés. Une consultation de spécialiste dure en moyenne une trentaine de minutes et une grande partie est réservée à l'interrogatoire: de quoi vous plaignez-vous? Depuis quand?... Soyez concrets et simples dans vos réponses. Ensuite, le spécialiste palpe le foie, la rate, ausculte le ventre, le cœur. Cet examen peut aussi inclure un toucher rectal, une échographie abdominale voire une endoscopie.

4 étoiles - 2 votes
Mots clés :| Digestion difficile | Digestion |
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur