Accueil » Santé & Forme » Santé au quotidien

Polyarthrite rhumatoïde – 4 femmes pour 1 homme sont touchées par cette maladie articulaire mais ce n’est plus une fatalité

Publié le Mardi 03 Mai 2016
Polyarthrite rhumatoïde – 4 femmes pour 1 homme sont touchées par cette maladie articulaire mais ce n’est plus une fatalité

Détecter et faire un diagnostic précoce afin d’éviter l’installation de déformations irréversibles

La polyarthrite rhumatoïde souvent appelée "rhumatismes déformants" est une maladie articulaire qui s’accompagne d’une inflammation de la membrane qui tapisse l’intérieur de la cavité articulaire (la synoviale) et qui a pour fonction de sécréter le liquide articulaire qui lubrifie l’articulation (le liquide synovial). La polyarthrite rhumatoïde est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques.
Cette atteinte articulaire évolue par poussées vers la déformation et la destruction des articulations atteintes.

En Tunisie, on estime le nombre de cas de 0,25 à 0,50% de la population générale. Elle survient principalement chez la femme entre 40 et 60 ans, particulièrement en période péri ménopausique, mais elle peut se voir à tous les âges. Les femmes sont hélas les plus touchées puisque les statistiques sont de 4 femmes pour un homme. Elle est deux fois plus fréquente chez les parents de sujets atteints.

Détecter et faire un diagnostic précoce afin d’éviter l’installation de déformations irréversible...

La maladie entraîne une inflammation de plusieurs articulations à la fois, celles-ci enflent, deviennent douloureuses et sont limitées dans leur amplitude de mouvement. Des douleurs qui perturbent le sommeil des patients. Dans la plupart des cas, la polyarthrite rhumatoïde touche d'abord les mains, les poignets, les genoux et les petites articulations des pieds. Elle peu évoluer à d’autres parties du corps (épaules, coudes, nuque, mâchoires, hanches, chevilles…).

Les médecins nous conseillent de consulter un rhumatologue dès l’apparition des premiers signes afin de pouvoir bénéficier de la prise en charge optimale car l’évolution de la polyarthrite rhumatoïde est imprévisible. Si la maladie n’est pas correctement traitée, elle peut devenir très invalidante.

La polyarthrite rhumatoïde n’est plus une fatalité !

La bonne nouvelle est que grâce aux grands progrès réalisés au cours de ces dernières années en matière de diagnostic et de traitement, les formes déformantes et invalidantes de la Polyarthrite Rhumatoïde sont de moins en moins observées.

Les recherches ont démontré qu’un traitement avec des médicaments antirhumatismaux au cours des 3 à 6 premiers mois de la maladie augmente les chances de rémission prolongée. Ce sont souvent les mêmes traitements qui permettent de contrôler la maladie et de prévenir sa progression. Des médicamentsde soulagement (anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et corticostéroïdes)et les traitements de fond quiconstituent un élément capital du traitement.
A côté des traitements médicamenteux, on a recours à des mesures de réadaptation fonctionnelle (appareillages de repos, ergothérapie, kinésithérapie...), une prise en charge psychologique et parfois des gestes chirurgicaux.

Continuons à soutenir la recherche et pour en savoir plus suivez les actualités de l'ATR et n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant.

Photos en illustration Café santé organisé le 28 Avril 2016 à Fondek el Attarine par l'ATR en partenariat avec les laboratoires Pfizer et photos de sujets atteints de polyarthrite rhumatoïde. Une rencontre en présence du Dr Rym Hajri (Présidente de l'ATR), du Dr Rammeh Nadia (Membre de l'association) et des Dr Zakraoui Leith, Dr Rached Haj Romdane et Dr Smiri Wafa invités d'honneurs.

Source www.HAMMAM-ENSA.com

4 étoiles - 1 votes
Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur