Accueil » Santé & Forme » Nutrition

La pêche, pour avoir la pêche...

Publié le Vendredi 31 Juillet 2009

Riche en nutriments et vitamines, pauvre en calories, haute en couleur, la chair tendre et juteuse de la pêche rafraichit les chaudes journées d’été.


Sous sa peau fine et duveteuse, la pêche révèle une chair charnue, parfumée, très digeste, peu calorique et désaltérante. Consommée nature, en salade avec d’autres fruits ou bien cuite, sa saveur fruitée s’apprécie tout au long du repas.

Les bienfaits de la pêche

Tout à la fois peu calorique (40Kcal/100g) et gorgée d’eau à 87%, la pêche est le fruit de l’été par excellence.Source de vitamine C (7mg/100g), de flavonoïdes (pigments à l’origine de sa belle couleur rose tendre à rouge vif), de minéraux (phosphore, magnésium…) et de vitamines (B, B3, B5, E), la chair de ce petit fruit rafraichissant fortifie l’organisme, favorise le renouvellement cellulaire de la peau, réhydrate et assure 50% des besoins en provitamine A, connue pour ses propriétés antioxydantes (les antioxydants luttent contre les radicaux libres, responsables du vieillissement prématuré des cellules et de la peau). Son bel apport en potassium (200mg/100g) lui confère également des vertus diurétiques. Une fois arrivée à maturité, elle regorge de fibres tendres qui stimulent la digestion et améliorent en douceur le transit intestinal et préviennent les maladies cardiovasculaires. La pêche est un fruit si léger et digeste que les mamans peuvent l’inclure sans risque, sous forme de purée ou de compote, dans l’alimentation des bébés âgés de six mois. Les personnes aux intestins fragiles peuvent aussi la consommer sans crainte.

Une douceur sucrée

D’après certaines études agronomes, plus la pêche est grosse plus elle est sucrée. Lorsqu’elle se trouve dans les zones les plus ensoleillées et feuillues de l’arbre, son taux de sucre peut varier du simple au double, selon sa position sur la branche. Les pêches les plus sucrées sont aussi les plus mûres. C’est d’ailleurs au moment où elles arrivent à maturité qu’elles sont les plus parfumées et savoureuses (la période de maturité des pêches ne dépassant pas dix jours). Si vous êtes friand de pêches aromatisées, évitez celles qui sont trop fermes et sans parfum, signe qu’elles n’évolueront plus. A noter que la couleur d’une pêche n’a rien à voir avec sa maturité, elle dépend surtout des variétés et de la présence des flavonoïdes.

Les choisir et les conserver
Lorsque vous faites votre marché, laissez de côté les pêches trop dures. Préférez-leur celles ayant une peau fine, colorée, parfumée, sans taches et sans meurtrissures. Pour être sûr d’acheter des pêches «mûres à point», pressez-les légèrement, leur peau doit être souple et moelleuse au toucher. Optez également pour les pêches présentées dans des cagettes munies d’un papier alvéolé. De cette façon, elles sont mieux protégées des chocs que celles entassées en vrac sur les étals. Pour les conserver, placez-les dans un endroit frais, sachant qu’elles se conservent seulement deux jours (celles achetées encore fermes, gagnent à passer quelques jours à température ambiante avant d'être consommées). Vérifiez l'état des fruits et servez-les une fois qu’ils ont ramolli et évitez autant que possible de les mettre au réfrigérateur. Le froid leur enlève leur saveur et donne à leur chair un aspect mou et duveté. Par contre, rien ne vous empêche de les faire congeler. De cette façon, vous pouvez garder vos pêches (dénoyautées, pelées et coupées en deux) pendant huit mois. Pour en retirer facilement la peau, plongez-les 20 secondes dans l’eau bouillante puis 5 secondes sous l’eau fraiche.

Les déguster
Elles se dégustent très bien nature, après avoir été pelées (attention: même rincée, la peau contient toujours des résidus chimiques issus des pesticides utilisés par les agriculteurs). Coupées en dés ou en tranches, elles s’incorporent très facilement à du fromage blanc et à d’autres fruits. Pour un cocktail de fruits riche en goût et en antioxydants, mélangez vos pêches à des fraises. Cuites, elles se déclinent version sucrée ou salée, froide ou chaude. N’oublions pas la version glacée, avec la fameuse pêche melba.

Les risques d’allergie
A l’instar de nombreux fruits et légumes, la pêche renferme certaines protéines d’origine végétale pouvant entrainer des allergies chez les personnes prédisposées. Dans ce cas particulier, la consommation d’une pêche crue ou le simple fait de la toucher peut entrainer une réaction immunologique, le plus souvent locale. Lorsque l’allergie se déclare, des démangeaisons et une sensation de brûlure au niveau de la bouche, des lèvres et de la gorge peuvent apparaître. Sans réelle gravité, ces symptômes disparaissent d’eux-mêmes en quelques minutes.
                         Article élaboré avec Emira Moatemri ép. Kallel, nutritionniste.

Services
© Impressive web France 2013 - Tous droits réservés                                                                                                                               Accueil | condition générales | Plan de site | Newsletter | Contact | RSS
Tendancemag.com | Copyright © Impressive web France 2013

Devenez fan de Tendancemag.com sur